La pénurie de tamoxifène devrait se terminer plus tôt que prévu, prévoit Santé Canada

MONTRÉAL — La pénurie de tamoxifène, un médicament servant à traiter le cancer du sein, devrait se terminer plus tôt que prévu pour deux entreprises sur trois qui le fournissent au pays, avance Santé Canada dans une mise à jour publiée mercredi.

Une rupture d’approvisionnement est évidemment une source de stress pour les femmes qui ont besoin de ce médicament pour traiter leur cancer.

Les trois entreprises qui fournissent du tamoxifène au Canada ont toutes signalé des pénuries au cours des dernières semaines. Elles ont invoqué les raisons suivantes: des interruptions inattendues du processus de fabrication et une hausse de la demande.

Bien que le système de soins de santé offre toujours ce produit, les niveaux d’approvisionnement sont inférieurs à la normale, indique Santé Canada qui tient à rendre compte de ses efforts pour régler les problèmes d’approvisionnement de ce médicament à l’échelle nationale.

Le ministère fédéral souligne que les entreprises ont adopté des stratégies de gestion de distribution pour préserver l’approvisionnement pendant la pénurie et pour assurer l’accès au produit. Il est donc possible que certains patients constatent que leur pharmacie leur en distribue moins qu’à l’habitude, par exemple une quantité pour un mois plutôt que trois.

Dans la mise à jour, il est précisé que AstraZeneca Canada et Apotex ont pu accélérer l’approvisionnement et annoncent maintenant que la pénurie devrait se terminer plus tôt que prévu, à savoir le 6 décembre 2019 et le 31 décembre 2019, respectivement, au lieu du 31 janvier 2020, comme il avait été indiqué précédemment. Pour sa part, Teva Canada continue de signaler une date de fin de pénurie prévue du 31 janvier 2020.

Santé Canada dit s’attendre à ce que les patients qui ont besoin de tamoxifène d’ici la fin de la pénurie puissent y avoir accès. Si des pharmacies sont périodiquement à court, le ministère s’attend à ce que ce problème soit rapidement résolu puisque les pharmacies devraient pouvoir obtenir le médicament auprès de leur fournisseur ou ailleurs dans la chaîne d’approvisionnement «pourvu que des stratégies de gestion de la distribution prudentes demeurent en place», écrit-il.

Santé Canada note dans sa mise à jour qu’il «sait que les pénuries peuvent mettre à rude épreuve les patients et le système de soins de santé». Il souligne toutefois que ce n’est pas à lui, mais bien aux entreprises, qu’il incombe de veiller à l’approvisionnement de leurs produits.

Les plus populaires