La plupart des militaires dépendent du vote par correspondance

WASHINGTON — Alors que le décompte des votes se poursuit pour déterminer le prochain président des États-Unis, plusieurs se questionnent sur le rôle que joueront les bulletins de vote par correspondance des militaires et des Américains à l’étranger dans le résultat final. Dans les États où les courses sont serrées, ils pourraient être importants.

Le pays s’assure depuis longtemps que le personnel militaire en service puisse voter, quel que soit l’endroit où il se trouve. Pendant la guerre civile, le président Abraham Lincoln avait autorisé les troupes à rentrer chez elles pour voter si elles ne pouvaient pas le faire par correspondance. Les États ont mis en place un vote à distance dans les campements militaires, et certains ont permis aux troupes de désigner un mandataire qui pourrait voter en leur nom, selon le Service de recherche du Congrès.

En 1942, le Congrès a adopté la première loi garantissant le droit de vote aux élections nationales aux membres des forces armées qui seraient absents en temps de guerre. En 2009, le Congrès a adopté un projet de loi qui oblige les États à mettre en place un système pour transmettre des bulletins de vote par correspondance aux électeurs militaires et aux civils qui se trouveraient à l’étranger pendant les élections nationales.

— Pourquoi les bulletins de vote continuent-ils d’arriver?

La plupart des militaires qui sont éloignés de chez eux envoient un bulletin de vote par correspondance, et ceux qui viennent de l’étranger prennent en moyenne environ six jours pour se rendre à destination, selon un rapport de Count Every Hero, un groupe non partisan qui s’est engagé à garantir la protection du droit de vote des militaires.

Selon le groupe, 28 États et le District de Columbia acceptent et comptent les bulletins de vote qui arrivent de l’étranger après le jour du scrutin. On parle notamment de la Géorgie, qui les reçoit jusqu’à trois jours après l’élection à condition qu’ils soient oblitérés par le jour du scrutin. La Caroline du Nord les accepte jusqu’au 12 novembre; le Nevada et la Pennsylvanie, jusqu’au 10 novembre.

— Les bulletins de vote des militaires pourraient-ils influencer le résultat dans les États dont on ne connaît pas encore le gagnant?

Peut-être. Lors de l’élection présidentielle de 2016, la Géorgie a reçu plus de 5600 bulletins de vote de militaires en uniforme et la Caroline du Nord en a accepté près de 11 000. La Pennsylvanie en a reçu près de 7800 et le Nevada, environ 2700, selon la Commission d’assistance électorale des États-Unis. En Géorgie, le bureau du secrétaire d’État a déclaré que jusqu’à 8900 bulletins de vote qui ont été transmis aux électeurs militaires et étrangers pourraient encore arriver d’ici la fin de la journée, vendredi.

Jeudi, le président Donald Trump a réclamé de «cesser de compter» les votes alors qu’il apparaissait en avance dans plusieurs États pivots. Si les États s’étaient conformés, il aurait empêché des milliers de militaires de voter.

«Toute tentative d’arrêter le décompte des votes ou de disqualifier les bulletins de vote par correspondance affectera de manière disproportionnée les électeurs militaires», a déclaré Jack Noland, directeur de recherche de County Every Hero.

Laisser un commentaire