La plus récente baleine franche morte dans le St-Laurent serait une femelle

FREDERICTON — On pense que la plus récente baleine franche de l’Atlantique Nord retrouvée morte dans le golfe du Saint-Laurent est une grande femelle, mais le mauvais temps risque de retarder les efforts de récupération de la carcasse pour une étude plus détaillée.

Pêches et Océans Canada a déclaré que la baleine avait été aperçue jeudi au nord-est des Îles-de-la-Madeleine. Les agents des pêches ont pu installer une balise satellite pour la localiser.

Tonya Wimmer, directrice générale de la Marine Animal Response Society, a déclaré que les conditions orageuses attendues au cours des prochains jours compliqueraient le déplacement de la baleine vers le rivage pour une nécropsie afin d’établir la cause du décès.

«Heureusement, ils ont pu marquer l’animal, alors on espère qu’une fois que le temps se sera calmé, il sera à nouveau repérable», a-t-elle déclaré.

Une baleine franche de neuf ans a été retrouvée morte au large des côtes du Nouveau-Brunswick plus tôt ce mois-ci, mais les résultats préliminaires de la nécropsie n’ont pas été concluants.

La plus récente découverte a eu lieu le même jour où une étude sur la population menacée de baleine franche de l’Atlantique Nord a été publiée. Elle a révélé que plus de la moitié des 70 décès connus au cours des 16 dernières années avaient été provoqués par un enchevêtrement dans des engins de pêche ou des collisions de navires.

L’étude formule un certain nombre de recommandations, notamment des efforts pour mettre à jour les engins de pêche afin de réduire les risques d’enchevêtrement, ainsi que des restrictions supplémentaires en matière de vitesse et d’activité des navires en présence de baleines.

En réponse à cette étude, Pêches et Océans Canada s’est engagé à protéger les baleines franches de l’Atlantique Nord.

Barre Campbell, conseiller principal en relations avec les médias, a déclaré dans un communiqué que le ministère travaillait en étroite collaboration avec ses partenaires, tant au Canada qu’aux États-Unis, pour faire face aux menaces pesant sur les baleines.

On estime qu’il reste environ 410 baleines franches de l’Atlantique Nord dans l’océan.

Mme Wimmer a déclaré que le fait que la dernière baleine morte soit une femelle est particulièrement troublant, car il faut des femelles en bonne santé pour rétablir la population.

Ces dernières années, les décès ont dépassé les naissances. Aucune baleine franche n’est morte dans les eaux canadiennes l’an dernier, mais 12 avaient été retrouvées mortes dans le golfe du Saint-Laurent en 2017 et cinq autres étaient mortes dans les eaux américaines cette année-là.