La police à Halifax s’excuse à la communauté noire pour les contrôles de routine

HALIFAX — Le chef de la police de Halifax a officiellement présenté des excuses à la communauté noire de la Nouvelle-Écosse pour la pratique des contrôles de routine.

Le chef Daniel Kinsella a affirmé que la police regrettait les actes qui avaient causé de la souffrance, de mauvais traitements et de la victimisation.

M. Kinsella a déclaré qu’on ne pouvait pas effacer des décennies d’injustices, mais que la police était déterminée à faire mieux à l’avenir.

Il a dit espérer que les excuses montrent à la communauté noire que la police est déterminée à changer.

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a annoncé qu’il interdirait définitivement cette pratique le mois dernier, après que le juge en chef à la retraite, Michael MacDonald, eut manifesté publiquement son avis que cette pratique était illégale telle qu’elle était mise en oeuvre dans la province.

L’analyse de M. MacDonald a conclu que la pratique consistant à arrêter des citoyens de manière aléatoire, à recueillir des informations, puis à les conserver dans des fichiers, contrevient aux droits des citoyens en vertu de la Constitution et de la common law.

Lors de la réunion du conseil des commissaires de police d’octobre, le chef a déclaré qu’il faudrait du temps pour améliorer les relations de la police avec la communauté noire — et que les contrôles de routine n’étaient que l’un des domaines sur lesquels il travaillait.

Une étude réalisée par le criminologue Scot Wortley de l’Université de Toronto et publiée plus tôt cette année a montré que les contrôles de routine ont eu un impact «disproportionné et négatif» sur la communauté noire.