La police de Halifax se dote d’un controversé «véhicule blindé de sauvetage»

HALIFAX — La police de Halifax s’engage dans le débat grandissant sur la militarisation des forces de police, après avoir obtenu l’autorisation d’acheter un «véhicule blindé de sauvetage», doté d’un toit ouvrant pivotant, de huit ports pour armes et d’un bélier motorisé.

Le conseiller municipal Shawn Cleary a voté contre l’acquisition du véhicule de 8000 kilos. Selon lui, cet achat ternira l’image de la police, qui tente pourtant d’améliorer sa réputation.

M. Cleary ne s’oppose pas à ce que les policiers disposent d’un véhicule de sauvetage, mais il croit que l’achat d’un tel colosse est exagéré.

Le maire adjoint de Halifax, Tony Mancini, a reconnu que le moment était mal choisi, un mois après la publication d’un rapport fracassant sur le profilage racial par la police de la ville — celui-ci avait conclu que les Noirs étaient six fois plus souvent contrôlés que les Blancs.

Dans un appel d’offres officiel lancé le mois dernier, la police de Halifax avait énuméré une liste de critères qui se rapprochent d’un véhicule blindé appelé le Gurkha.

Aucun responsable de la police régionale de Halifax n’était disponible pour une entrevue, mais le porte-parole John MacLeod a indiqué qu’un récent exposé avait été présenté au conseil des commissaires de police pour expliquer le point de vue de la police à ce sujet.

L’exposé a mis l’accent sur le fait que le véhicule blindé fournirait une protection et un «refuge» lors d’opérations à haut risque et de catastrophes naturelles. Le véhicule non armé serait utilisé pour «éloigner en toute sécurité des personnes de situations dangereuses», notamment de tireurs actifs et d’autres menaces.

De tels véhicules ont fait leurs preuves ailleurs au Canada.

En août 2014, la police de Saskatoon avait publié une vidéo pour démontrer que son véhicule Lenco Bearcat avait été utilisé pour secourir cinq personnes qui étaient la cible de tirs lors d’une fusillade.

Selon Kevin Walby, professeur de droit criminel à l’Université de Winnipeg, plus d’une douzaine de forces policières au Canada utilisent actuellement des véhicules blindés, même dans de petites villes comme Fredericton au Nouveau-Brunswick et Sault Ste. Marie, en Ontario.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie