La police de Toronto ne participera pas au défilé de la fierté gaie cette année

TORONTO – Le chef de la police de Toronto a annoncé que le corps policier ne participerait pas au défilé de la fierté gaie cette année.

Mark Saunders a expliqué qu’il comprenait que la communauté LGBTQ était divisée et qu’il avait décidé que la police ne participerait pas au défilé cette année afin de favoriser les discussions sur ces différends.

M. Saunders a ajouté que cette décision n’aurait aucun impact sur l’implication policière auprès de la communauté. Il a d’ailleurs offert de rencontrer tout groupe se sentant marginalisé et ayant des solutions pour améliorer la situation.

Il a aussi précisé que la police de Toronto continuerait de tenir sa réception annuelle de la fierté gaie.

L’été dernier, le défilé de la fierté gaie de Toronto avait été interrompu par une manifestation du mouvement Black Lives Matter, et n’avait pu reprendre que lorsque le directeur général de Pride Toronto à l’époque, Matthieu Chantelois, a accepté de signer une liste de demandes du groupe de manifestants. Ces demandes incluaient l’interdiction des chars allégoriques de la police dans les défilés futurs.

M. Chantelois avait par la suite affirmé qu’il n’avait acquiescé aux demandes que parce qu’il souhaitait la reprise du défilé.

Le mois dernier, lors de l’assemblée générale annuelle de Pride Toronto, les membres ont approuvé par vote les demandes de Black Live Matters, incluant l’interdiction des chars allégoriques policiers dans les défilés et marches de la fierté.

On n’avait cependant pas clairement indiqué, à ce moment, si une présence policière sous une autre forme serait la bienvenue au défilé.

Vendredi, Pride Toronto a laissé entendre que la décision de la police de ne pas participer au défilé était une chose positive.

«Pride Toronto s’engage à continuer l’important dialogue qui s’est amorcé entre nos membres et avec la communauté en général. Nous écoutons. Nous écouterons. Ce que nous avons constaté du côté du Service de police de Toronto, c’est qu’ils écoutent aussi», a déclaré l’organisation par communiqué.

«Leurs gestes reflètent un engagement à poursuivre la conversation avec notre communauté afin d’aller de l’avant.»

Pride Toronto a par ailleurs assuré que les membres de la police de Toronto étaient toujours bienvenus s’ils souhaitaient marcher dans le défilé à titre «de membres ou d’alliés» de la communauté.

Le chapitre local de Black Lives Matter s’est toutefois dit déçu, vendredi, de la déclaration de Mark Saunders.

«Ils tentent de changer le récit et de faire comme si elle se retirait de la fierté, alors qu’en fait, elle n’était pas invitée», a déclaré le porte-parole Syrus Marcus Ware.

M. Marcus Ware a indiqué sa frustration devant la déclaration de M. Saunders, qui ne mentionne pas des enjeux comme les contrôles d’identification, qui, dit-il, ciblent les jeunes issus des minorités.

Le porte-parole soulève également des doutes quant à l’offre du chef de la police de rencontrer des groupes marginalisés, soulignant qu’il a jusqu’ici refusé de rencontrer les membres de Black Lives Matter.