La police d’Ottawa se prépare à un éventuel «convoi de la liberté 2.0»

OTTAWA — Le chef de la police d’Ottawa, Eric Stubbs, affirme que des ressources, des dépanneuses et des plans de dotation sont en place alors que la ville se prépare au premier anniversaire du lancement du «convoi de la liberté».

Les 28 et 29 janvier 2022, des milliers de personnes se sont rassemblées dans les rues devant la colline du Parlement avec de gros camions, pour protester contre les restrictions liées à la COVID-19 et le gouvernement libéral.

La police d’Ottawa se dit prête à la possibilité que le premier anniversaire du début de la manifestation en déclenche une autre, mais M. Stubbs n’a pas voulu révéler les détails de ce que la police pense en termes d’événements prévus et de nombre de manifestants attendus.

«Nous surveillons un certain nombre de lignes de renseignement. Nous parlons à beaucoup de gens, à beaucoup d’organisateurs», a déclaré M. Stubbs aux journalistes lundi après-midi, ajoutant que des fermetures de routes sont possibles.

Les manifestations bruyantes et perturbatrices d’il y a un an ont duré plus de trois semaines, et la rue Wellington devant la colline du Parlement est restée fermée à la circulation depuis.

Le conseil municipal doit décider de rouvrir ou non la rue jeudi. Tandis que le chef de la police soutient la réouverture, il affirme également que les problèmes doivent être résolus avant que cela ne se produise.

«Je pense personnellement que l’ouverture des rues est l’un des nombreux problèmes qui doivent être résolus pour s’assurer qu’il existe une structure, des programmes et des agences appropriés qui veillent à la sécurité de cette zone générale», a déclaré Stubbs.

Il a ajouté qu’il avait été en contact avec le chef du Service de protection parlementaire, qui a plaidé pour un élargissement de sa compétence pour inclure la rue. Un comité de députés a fait la même recommandation.

M. Stubbs a mentionné qu’aucune décision n’avait encore été prise, mais si cela se produisait, il a promis qu’ils travailleraient ensemble.

L’opération policière pour mettre fin à la manifestation qui avait envahi les rues près de la colline du Parlement ne s’est déroulée qu’après que les libéraux fédéraux ont invoqué la Loi sur les mesures d’urgence.

Lors d’une enquête publique sur cette décision l’automne dernier, la police d’Ottawa a reçu de vives critiques pour sa réponse.

Dans un communiqué publié lundi après-midi, M. Stubbs a insisté sur le fait que la police surveillait de près la situation et était prête à intensifier ses opérations si nécessaire.

«Les résidents et les entreprises verront une présence policière accrue dans le centre-ville et ses environs. Bien qu’il existe un certain niveau de protestation, nous sommes prêts», indique le communiqué.

«Pour ce week-end et tout au long de février, nous avons un plan opérationnel évolutif avec des agences externes qui nous soutiennent. Nous aurons des plans de ressources, de logistique, de trafic, de remorquage et de personnel en place pour faire face à tout type de scénario et nous ne laisserons pas se produire les conditions qui ont entraîné le convoi de février 2022.»

———

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Meta et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.