La police enquête sur des menaces de violence contre une mosquée de Toronto

TORONTO — La police de Toronto rapporte avoir ouvert une enquête concernant des menaces formulées contre une mosquée au cours du week-end.

Selon le porte-parole du service, Edward Parks, des policiers auraient été informés d’un «incident suspect» survenu samedi.

Aucune arrestation n’aurait eu lieu et aucune description de suspect n’a été révélée.

Cette confirmation de la police survient après que le Conseil national des musulmans canadiens eut publié un extrait des messages violents qu’aurait reçus la mosquée, samedi.

L’organisme n’a pas précisé quel lieu de culte était visé afin d’éviter qu’il ne soit ciblé par de nouvelles menaces.

Parmi les propos violents formulés, on pouvait lire que le ou les auteurs souhaitaient répéter la tragédie de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. En mars 2019, un tireur a tué 51 personnes dans deux mosquées de cette communauté.

La semaine dernière, plusieurs organismes, dont le Conseil national des musulmans canadiens, ont interpellé le gouvernement fédéral afin qu’il adopte un plan pour démanteler les groupes suprémacistes blancs.

Dans un communiqué, le conseil écrit que la communauté musulmane de Toronto pleure toujours la mort de Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, poignardé à l’extérieur d’une mosquée le mois dernier.

Un suspect, Guilherme «William» Von Neutegem, a été accusé de meurtre au premier degré et doit revenir en cour le 5 novembre. Selon les enquêteurs, il n’y aurait aucun motif connu ni même de lien entre la victime et l’accusé.

Sur Twitter, le premier ministre Justin Trudeau s’est dit «très préoccupé». «L’islamophobie et la haine n’ont pas leur place dans notre pays, et ce type de comportement et de langage ne sera pas toléré. Nous devons en faire davantage pour contrer la haine et nous le ferons», a-t-il déclaré en relayant un communiqué du Caucus des parlementaires musulmans.

Le chef de l’opposition officielle, le conservateur Erin O’Toole a affirmé être «consterné par les menaces».

«Les groupes néonazis et autres groupes haineux qui font preuve de violence et d’intimidation n’ont pas leur place ici. Mes pensées accompagnent la communauté musulmane du Canada ce soir», a-t-il écrit.

Laisser un commentaire
Les plus populaires