La police indienne arrête un troisième suspect de la mort de la famille au Manitoba

Des autorités policières de l’Inde ont déclaré qu’un troisième homme a été accusé du décès de quatre membres d’une famille, morts de froid dans le sud du Manitoba l’année dernière alors qu’ils tentaient de traverser la frontière vers les États-Unis.

Selon la police indienne, l’homme aurait agi comme éclaireur pour des gens qui tentaient d’immigrer aux États-Unis, et aurait aidé la famille à obtenir des documents pour entrer en territoire américain.

Dashrath Chaudhary fait face aux mêmes accusations que deux autres personnes arrêtées samedi, qui sont accusées d’homicide ne constituant pas un meurtre, de tentative d’homicide coupable, de trafic humain et de conspiration criminelle.

La famille a déclaré que Jagdish Patel, 39 ans, rêvait de vivre aux États-Unis. Lui et sa femme, Vaishaliben, 37 ans, leur fille de 11 ans, Vihangi et son fils de trois ans, Dharmik, avaient été retrouvés le 19 janvier 2022, près d’Emerson, au Manitoba, à quelques mètres de la frontière américaine.

Selon les enquêteurs, les décès pourraient être liés à une opération de trafic d’êtres humains.

La Gendarmerie royale du Canada a déclaré que la famille Patel avait atterri à Toronto le 12 janvier 2022 et qu’au cours des jours suivants, elle s’était déplacée dans certaines parties du sud de l’Ontario, notamment à Mississauga et à Welland.

Une semaine après leur arrivée au Canada, alors que les températures oscillaient autour de -35 °C, ils avaient commencé à marcher vers la frontière. Des agents de patrouille aux États-Unis avaient alors arrêté une camionnette, qui transportait un chauffeur et deux ressortissants indiens à quelques mètres au sud de la frontière.

Un peu plus tard, les agents avaient repéré cinq autres personnes indiennes marchant dans la neige. Les migrants avaient dit aux agents qu’ils marchaient depuis plus de 11 heures et que quatre autres s’étaient séparés du groupe pendant la nuit.

Le conducteur présumé de la camionnette, Steve Shand, avait également été arrêté et sera jugé plus tard cette année dans le Minnesota pour trafic d’êtres humains.

Possibilité d’un «procès accéléré»

Un responsable impliqué dans l’enquête policière en Inde, qui a demandé à ne pas être nommé puisqu’il n’est pas autorisé à parler aux médias, a déclaré que la police souhaitait un «procès accéléré». Cela signifie que l’affaire pourrait être portée devant les tribunaux dans les six mois. S’ils sont reconnus coupables, les hommes risquent la prison à vie. 

Les deux premiers hommes arrêtés dans l’affaire en Inde, Yogesh Patel et Bhavesh Patel, n’ont aucun lien de parenté avec la famille décédée près de la frontière, a précisé le responsable.

Le père de Jagdish Patel, Baldev Patel, a déclaré que la police indienne s’était présentée à son domicile plus tôt cette semaine pour lui parler, ainsi qu’à sa femme, des deux premières arrestations. Il a affirmé ne pas connaître les hommes accusés, ajoutant que les arrestations ne lui apportaient aucun bien.

«Je pense beaucoup à (ma famille). Comment puis-je passer à autre chose?», a déploré M. Patel en hindi lors d’un entretien téléphonique avec La Presse canadienne depuis son domicile de Dingucha, dans l’ouest de l’Inde.

«Cela ne sert à rien si les (accusés) sont arrêtés, a-t-il expliqué en sanglotant. Est-ce que ça ramènera mon fils?»

 «Chacun a un destin sculpté avant de commencer sa vie sur Terre, a-t-il déclaré. C’est hors de notre contrôle. Ils nous laissent derrière».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.