La Police provinciale de l’Ontario ne divulguera plus le genre des accusés

TORONTO — La Police provinciale de l’Ontario a annoncé lundi qu’elle ne divulguera plus dorénavant le genre des personnes accusées de crimes.

La porte-parole Carolle Dionne a expliqué que lors d’un récent examen, la Police provinciale avait constaté que la Loi ontarienne sur les services policiers n’exigeait pas du tout, en fait, que ce renseignement personnel soit rendu public.

La sergente Dionne a déclaré que la Police provinciale avait donc décidé de cesser de publier des informations sur le genre à la lumière d’un changement plus large dans la société sur cette question. Elle rappelle ainsi que les permis de conduire et autres documents d’identification en Ontario ne contiennent plus ce renseignement personnel.

Les données sur le genre des personnes accusées seront toujours colligées à des fins d’analyse, a-t-elle toutefois précisé. Par ailleurs, d’autres renseignements personnels des accusés — le nom, l’âge et la ville natale — doivent toujours être rendus publics.

Selon Mme Dionne, les policiers provinciaux sont déjà formés à cette nouvelle politique, entrée en vigueur en mai, mais elle admet que des erreurs peuvent survenir pendant la période de transition.

Elle soutient par ailleurs qu’elle n’est au courant d’aucune plainte adressée à la Police provinciale de l’Ontario concernant la divulgation de renseignements de cette nature.

Les plus populaires