La population générale commencera à être vaccinée à compter de la semaine prochaine

MONTRÉAL — «L’espoir est là: on voit enfin la lumière au bout du tunnel et ce n’est pas trop loin», a déclaré le premier ministre François Legault, mardi, alors qu’il se trouvait au Stade olympique de Montréal, sur les lieux d’une clinique de vaccination massive prête à entrer en action. 

La population générale, au premier chef les gens de 85 ans et plus, commencera en effet à être vaccinée contre la COVID-19 la semaine prochaine. «Vous ne pouvez pas savoir, après un an (de pandémie), ce que cela me fait d’être ici et enfin de dire qu’après certains groupes, nous allons passer à la population générale», a dit M. Legault.

Derrière la table où il prenait place en compagnie de son ministre de la Santé, Christian Dubé, et du directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, se trouvait ce qui a toutes les allures d’une véritable chaîne de montage: 36 postes d’inscription et 36 postes de vaccination, déjà tous occupés par des effectifs qui commençaient l’opération auprès d’un groupe de travail sur place.

Toutefois, cela n’empêche pas Québec de craindre une augmentation de cas d’infection en raison de la pause de la relâche scolaire et de la présence des nouveaux variants.

Cette semaine de relâche, qualifiée de «gros test» par François Legault, inquiète grandement le premier ministre.

«Il ne faut pas qu’il arrive ce qui est arrivé pendant le temps des Fêtes et que les gens se rassemblent, a-t-il lancé. Personne ne veut une troisième vague.»

Inscription dès jeudi

À compter de jeudi, toutes les personnes nées en 1936 ou avant pourront s’inscrire en ligne – la façon la plus rapide pour obtenir un rendez-vous – ou par téléphone. La carte d’assurance maladie sera nécessaire à la fois pour réserver sa place et pour recevoir la vaccination. Une fois la première dose administrée, une date sera également offerte pour la deuxième dose qui, selon M. Dubé, devrait être offerte dans la période de 90 jours recommandée.

Le début de la vaccination pour la population générale s’effectuera la semaine prochaine à Montréal et s’étendra aux autres régions. Néanmoins, dès jeudi, toutes les personnes âgées de 85 ans ou plus pourront s’inscrire. Québec a expliqué que des organismes communautaires devraient mettre l’épaule à la roue pour accompagner les personnes à mobilité réduite.

«On a des limites avec le vaccin, entre autres le Pfizer, qu’on ne peut pas déplacer», a fait valoir le ministre Dubé, faisant référence aux besoins de congélation extrême que requiert l’entreposage du vaccin de cette entreprise. Il a donc demandé aux CISSS et aux CIUSSS de vérifier quelles personnes ne se sont pas inscrites pour la vaccination «pour être sûrs qu’on va contacter nos organismes communautaires qui pourraient accompagner les gens».

On s’attend à ce que cette vaccination des 85 ans et plus – qui sont au nombre de 200 000 – prenne environ deux semaines. L’effort s’étendra ensuite aux groupes d’âge sur une base décroissante, soit les 80 ans et plus, ensuite les 70 ans et plus, suivis des 60 ans et plus et, enfin, la population en général.

Réouverture progressive

Sans faire de promesses, puisqu’il attend encore de voir l’impact au cours des prochaines semaines de la relâche et des variants, François Legault a tout de même laissé entrevoir un allègement progressif des mesures sanitaires si tout va bien.

«Si ça continue à bien aller dans les prochaines semaines, on va être capables d’ouvrir les salles de spectacle, on va être capables d’ouvrir les lieux de culte avec des consignes, on va être capables d’ouvrir les sports à l’intérieur, mais on veut voir ce qui se passe avec la semaine de relâche, on veut voir ce qui se passe avec le variant.»

L’effort de vaccination ne se limitera pas à ces cliniques du réseau de la santé, a-t-il précisé. Le secteur privé, qui piaffe d’impatience de voir un retour à la «normalité», s’est dit prêt à faire sa part.

«On a demandé aux entreprises, surtout les grandes entreprises, êtes-vous prêtes à recevoir de la vaccination chez vous et on a été comme, wow, impressionnés de voir toute la collaboration qu’on a déjà des grandes entreprises», a dit le premier ministre.

«Vacciner les Québécois, c’est gagner contre la pandémie», a-t-il martelé.

Relâchement post-vaccination

Avec le nombre limité de doses de vaccin, Québec a réussi jusqu’ici à vacciner tous les résidants des CHSLD, la moitié des résidences pour personnes âgées et 200 000 travailleurs du réseau de la santé. 

Le ministre Christian Dubé dit s’attendre à recevoir 100 000 doses par semaine, ce qui permettra non seulement d’élargir cet effort à la population en général, mais aussi de commencer à planifier les deuxièmes doses à ceux qui ont déjà reçu un premier vaccin. L’opération avait débuté en décembre dernier et Québec avait décidé d’attendre jusqu’à 90 jours entre les deux doses, de manière à fournir l’immunité de la première dose au plus grand nombre possible. C’est donc dire que le vaccin de rappel commencera à être administré très prochainement. 

Le docteur Arruda a toutefois rappelé qu’il faut jusqu’à trois semaines avant que le vaccin fasse le travail d’immunisation attendu et que cette immunisation ne signifie pas que le virus ne peut plus être transporté par le patient. Cette réalité semble difficile à assimiler dans certains milieux, a-t-il dit.

«Il est important de maintenir des mesures distanciation, de port du masque. On a déjà des échos que dans certaines résidences pour personnes âgées, depuis qu’ils ont été vaccinés, il y a un certain relâchement, en se fiant sur le vaccin, qui est bon, qui est efficace, qui va protéger contre les complications, mais qui n’empêchera peut-être pas la transmission», a dit le docteur Arruda.

Laisser un commentaire