La préférence pour les fils provoque un déficit de 140 millions de femmes

La préférence pour les fils a provoqué un déficit de près de 140 millions de femmes  dans le monde a déclaré le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) dans son rapport annuel publié mardi.

L’agence a également déclaré qu’un mariage sur cinq qui a lieu aujourd’hui se fait avec une fille mineure, et environ 4,1 millions de filles risquent cette année d’être soumises à la circoncision féminine, également connue sous le nom de mutilation génitale féminine, ou MGF , qui a été condamnée par les Nations Unies.

La Dre Natalia Kanem, directrice exécutive de l’UNFPA, a déclaré: «Les pratiques néfastes contre les filles provoquent un traumatisme profond et durable, les privant de leur droit de réaliser leur plein potentiel.»

Le rapport sur l’état de la population mondiale 2020 identifie 19 pratiques néfastes constituant des violations des droits de la personne, depuis le repassage des seins jusqu’aux tests de virginité.

Le rapport se concentre plus particulièrement sur trois de ces pratiques, «dont l’application est répandue et persistante, malgré leur condamnation presque universelle» : les mutilations génitales féminines (MGF), le mariage d’enfants et la préférence pour les fils.

Selon le rapport, «la préférence pour les fils par rapport aux filles peut être si prononcée que les couples feront de grands efforts pour éviter de donner naissance à une fille ou ne prendront pas soin de la santé et du bien-être d’une fille qu’ils ont déjà en faveur de leur fils.»

L’UNFPA a qualifié la préférence pour les fils de «symptôme d’une inégalité de genre enracinée» qui a faussé les ratios de population dans les pays, empêchant un grand nombre d’hommes de trouver des partenaires et d’avoir des enfants. L’agence a déclaré que la préférence pour les fils pouvait également exacerber la violence basée sur le genre, notamment le viol, les rapports sexuels forcés, l’exploitation sexuelle, la traite et le mariage des enfants.

En ce qui concerne le mariage des enfants, le rapport indique que cette pratique «est généralement imposée aux filles par les membres de la famille, les membres de la communauté ou la société dans son ensemble, que la victime donne ou non son consentement plein, libre et éclairé.»

Les mariages d’enfants sont presque universellement interdits, a déclaré l’UNFPA, «pourtant ils se produisent 33 000 fois par jour, tous les jours, partout dans le monde. Cette pratique transcende les pays, les cultures, les religions et les ethnies».

Le rapport indique que 650 millions de filles et de femmes en vie aujourd’hui se sont mariées alors qu’elles étaient enfants et que 200 millions de femmes et de filles en vie aujourd’hui sont touchées par les MGF.

La chef de l’UNFPA, la Dre Natalia Kanem, a déclaré que les lois seules ne suffisent pas à mettre fin à ces pratiques.

«Nous devons nous attaquer au problème en nous attaquant aux causes profondes, en particulier aux normes sexistes», a-t-elle déclaré dans un communiqué. «Nous devons mieux soutenir les propres efforts des communautés pour comprendre les conséquences de ces pratiques sur les filles et les avantages qui en découlent pour l’ensemble de la société en les arrêtant.»

Le rapport appelle à la restructuration des économies et des systèmes juridiques pour garantir aux femmes l’égalité des chances. À titre d’exemple, il indique que la modification des règles en matière d’héritage peut éliminer une puissante incitation pour les familles à favoriser les fils plutôt que les filles et à éliminer le mariage des enfants.

Le rapport indique que des investissements totalisant 3,4 milliards de dollars par an jusqu’en 2030 mettraient fin au mariage des enfants et aux mutilations génitales féminines et mettraient fin aux souffrances d’environ 84 millions de filles.