La première ministre albertaine s’excuse pour ses propos sur l’invasion de l’Ukraine

EDMONTON — La première ministre de l’Alberta, Danielle Smith, s’est excusée mardi pour ses propos «mal informés sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie».

En avril, Mme Smith avait mentionné que la seule option pour l’Ukraine était de demeurer neutre. Elle avait ajouté qu’elle pouvait comprendre pourquoi la Russie pourrait craindre que l’Ukraine rejoigne les pays occidentaux en raison de la présence de l’arme nucléaire dans ce pays.

Or, l’Ukraine a abandonné ses armes nucléaires dans les années 1990.

En février, Mme Smith avait aussi écrit que deux régions de l’Ukraine étaient davantage attachées à la Russie.

Lundi, le NPD de l’Alberta, qui forme l’opposition officielle, avait exigé des excuses de la première ministre, dénonçant ses propos «cruels». Le parti avait rappelé que près du quart de tous les Canadiens d’origine ukrainienne vivent en Alberta.

Mme Smith a publié mardi un communiqué dans lequel elle a rappelé qu’elle condamne catégoriquement l’invasion russe de l’Ukraine et les souffrances que la Russie inflige au peuple ukrainien.

«Avant de revenir en politique, plus tôt cette année, j’ai fait des commentaires mal informés sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Mes connaissances et mon opinion sur cette question ont considérablement évolué depuis, et je m’excuse pour mes propos précédents», a écrit Mme Smith dans sa déclaration.

«J’ai demandé à mon bureau de contacter activement les dirigeants de la communauté ukrainienne de l’Alberta afin de déterminer les mesures immédiates que nous pouvons prendre pour aider les réfugiés ukrainiens à s’établir et à s’intégrer dans les communautés de l’Alberta le plus rapidement possible.

«Je suis avec l’Ukraine et le peuple ukrainien», a-t-elle assuré.

L’Alberta a consacré 23 millions $ en aide à l’Ukraine sous l’ancien premier ministre Jason Kenney, qui a fortement dénoncé les décisions du président russe Vladimir Poutine.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.