La première ministre danoise tentera de former un nouveau gouvernement

COPENHAGUE — La première ministre du Danemark, Mette Frederiksen, était en bonne position pour rester au pouvoir après que ses sociaux-démocrates ont remporté le plus de voix lors des élections, mardi, et qu’un bloc de centre-gauche qui la soutient semblait être en voie de conserver une majorité par un seul siège au parlement.

Le résultat était préliminaire et basé sur l’hypothèse qu’un décompte des voix au Groenland prévu tôt mercredi donnerait les deux sièges du territoire autonome danois au bloc de centre-gauche.

Malgré cette victoire, Mme Frederiksen, qui dirige un gouvernement minoritaire social-démocrate, a annoncé qu’elle démissionnerait de son poste de première ministre pour tenter de former un nouveau gouvernement avec un soutien plus large à travers le clivage politique.

Devant ses partisans, tôt mercredi, elle a souligné qu’il est clair que le gouvernement dans sa forme actuelle n’a plus l’appui de la majorité de la population. Par conséquent, elle soumettra la démission du gouvernement à la reine Marguerite II et sollicitera d’autres partis pour former un nouveau gouvernement.

Les sociaux-démocrates ont récolté le plus d’appuis au vote populaire, avec 28% des voix, mais il a fallu attendre jusqu’à tard dans la nuit pour savoir si les partis de centre-gauche atteindraient ensemble les 90 sièges nécessaires pour une majorité au parlement de 179 députés. Les sondages à la sortie des urnes laissaient croire qu’ils allaient arriver à court, mais le siège décisif s’est inversé à la toute fin du décompte.

Jusqu’à ce moment, l’ancien premier ministre Lars Løkke Rasmussen semblait se diriger vers un retour au pouvoir. Son parti centriste nouvellement formé a obtenu 9% des voix pour 16 sièges, selon les résultats préliminaires.

M. Løkke Rasmussen a soutenu qu’il souhaitait lui aussi que Mette Frederiksen tente de former un gouvernement, mais qu’il ne la désignerait pas comme première ministre.

Avant les élections, Mme Frederiksen, âgée de 44 ans, avait lancé l’idée de former une alliance plus large qui inclurait également les partis d’opposition, mais elle s’était confrontée à une fin de non-recevoir des chefs de l’opposition Jakob Ellemann-Jensen, des libéraux, et Søren Pape Poulsen, des conservateurs.

Même si le résultat des élections suggérait qu’elle pourrait demeurer première ministre avec uniquement le soutien du centre-gauche, Mme Frederiksen a réitéré qu’elle garderait son objectif de tendre la main aux partis d’opposition.

«Les sociaux-démocrates se sont rendus aux élections pour former un gouvernement plus large. Je vais voir ce que je peux faire», a-t-elle dit.

Les plus de quatre millions d’électeurs danois pouvaient choisir parmi plus de 1000 candidats — le plus grand nombre jamais enregistré — de 14 partis. Quatre des 179 sièges de la législature danoise sont réservés aux îles Féroé et au Groenland, qui sont des territoires danois autonomes.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.