La première ministre suédoise démissionne après la victoire de l’extrême-droite

COPENHAGUE — La première ministre sociale-démocrate suédoise Magdalena Andersson a remis sa démission jeudi après qu’un bloc de droite comprenant un parti nationaliste anti-immigration a remporté une courte majorité au parlement suédois.

Mme Andersson a rencontré Andreas Norlen, le président du Riksdag, le parlement suédois de 349 sièges, pour l’informer officiellement de son départ. Mme Andersson continuera à jouer un rôle jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement soit formé. Il a accepté sa démission.

M. Norlen a déclaré qu’il entamerait des pourparlers avec les chefs de parti après le week-end. Il devrait demander au leader des modérés de centre-droit, Ulf Kristersson, d’essayer de former une coalition gouvernementale. Après les élections générales de dimanche, le bloc de droite compte 176 sièges tandis que le bloc de centre-gauche avec les sociaux-démocrates en compte 173.

Mercredi, une fois 99,9 % des voix comptées, Mme Andersson a reconnu les résultats tandis que le chef populiste des Démocrates de Suède Jimmie Åkesson a déclaré la victoire du bloc quadripartite de droite.

Les Démocrates de Suède ont remporté plus de voix que les modérés, mais ne sont pas considérés comme susceptibles de diriger le prochain gouvernement. Le parti a été fondé dans les années 1980 par des extrémistes d’extrême droite, et bien qu’il soit passé au courant dominant ces dernières années, il a conservé cette stigmatisation.

Pourtant, parce qu’il a remporté plus de sièges que tout autre parti de droite et qu’il est maintenant le deuxième plus grand parti du pays au parlement, on s’attend à ce qu’il ait une influence significative dans n’importe quel gouvernement.

Les Démocrates de Suède avaient présenté une plateforme de répression du crime et de limitation stricte de l’immigration. La pays scandinave a connu ces dernières années une augmentation de la violence des gangs. Jusqu’à présent cette année, il y a eu 273 fusillades, dont 47 mortelles, selon les statistiques de la police. Ces tirs ont également blessé 74 personnes, dont des passants innocents.

Après sa rencontre de 25 minutes avec M. Norlen, Mme Andersson a déclaré que «si les modérés devaient proposer d’autres idées et vouloir coopérer avec moi au lieu des Démocrates de Suède, alors ma porte est ouverte». Elle a ajouté qu’elle était disposée à travailler avec tous les partis, à l’exception des Démocrates de Suède.

Mme Andersson, qui dirige le plus grand parti, a démissionné moins d’un an après être devenue la première femme chef du gouvernement suédois. Sa nomination au poste de premier ministre avait marqué une étape importante pour la Suède, considérée pendant des décennies comme l’un des pays les plus progressistes d’Europe en matière de relations hommes-femmes, mais qui n’avait jamais eu auparavant de femme au plus haut poste politique.

Mme Andersson a dirigé la candidature historique de la Suède pour rejoindre l’OTAN après l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février.

Le Riksdag nouvellement élu doit se réunir pour la première fois le 26 septembre.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.