La présentation de la preuve est terminée au procès du chanteur R. Kelly à Chicago

CHICAGO — Les procureurs ont terminé la présentation de leur preuve au procès fédéral de la vedette déchue du R&B R. Kelly, mardi, après deux semaines passées à tenter de prouver que le chanteur a incité des filles mineures à avoir des relations sexuelles, a produit de la pornographie juvénile et a réussi à truquer son procès en 2008.

L’une des dernières personnes à avoir témoigné pour l’accusation est une femme de 42 ans qui utilise le pseudonyme «Nia». Celle qui a pris la barre mardi était la quatrième et dernière personne à avoir livré son témoignage contre Kelly à ce procès qui se déroule à Chicago.

Le témoignage clé pour l’accusation a été celui d’une femme de 37 ans, qui utilise le pseudonyme «Jane», qui a raconté que le chanteur l’a agressée des centaines de fois à partir de 1998. Elle avait alors 14 ans, tandis que Kelly était âgé d’autour de 30 ans.

Le récit de Jane a aussi été crucial pour permettre aux procureurs de prouver que la vedette déchue a truqué son procès de 2008 pour production de pornographie juvénile, lors duquel il a été acquitté. Jane a avoué avoir reçu des menaces et avoir été payée par Kelly et son entourage afin qu’elle mente au jury, à l’époque.

Les avocats de Kelly auront maintenant l’occasion de présenter leur version des faits et d’attaquer le récit des procureurs. Le juge Harry Leinenweber a mentionné aux jurés qu’ils auraient droit à une journée de congé, mercredi, et que le procès reprendra jeudi avec la première série de témoins de la défense.

Les plaidoiries finales doivent avoir lieu au milieu de la semaine prochaine.

La défense n’a toujours pas indiqué si Kelly prendra lui-même la parole au cours du procès. Lors d’un autre procès, plus tôt cette année à New York, le chanteur n’a pas témoigné et a finalement été condamné à 30 ans de prison pour avoir utilisé sa célébrité pour agresser de jeunes admiratrices. S’il est aussi reconnu coupable lors du procès à Chicago, la sentence rendue à New York pourrait être prolongée.

En 2008, l’élément central de l’accusation était une vidéo qui montrait, selon les procureurs, Kelly en train d’abuser sexuellement de Jane. La femme n’avait pas témoigné à l’époque, mais elle a confirmé au cours du procès actuel qu’elle était bel et bien la fille sur la vidéo, et que l’homme était véritablement Kelly.

Kelly a vendu plusieurs millions d’albums, même après que les premières rumeurs concernant des abus sexuels ont commencé à circuler dans les années 1990. Les allégations le concernant ont toutefois pris beaucoup plus d’ampleur lors du mouvement #MoiAussi et avec la sortie d’une série documentaire intitulée «Survivre à R. Kelly», en 2019.

Deux associés de Kelly, Derrel McDavid et Milton Brown, sont coaccusés au procès de Chicago. McDavid, qui a longtemps été le directeur commercial de Kelly, est accusé d’avoir aidé Kelly à truquer le procès de 2008. Brown est accusé d’avoir reçu de la pornographie juvénile. Comme Kelly, ils ont nié tout acte répréhensible.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.