La preuve de vaccination soulève des «questions d’équité et justice», selon Trudeau

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau s’inquiète de la discrimination qu’engendrerait un «passeport vaccinal» pour accéder à certains lieux ou certaines activités publiques. La décision finale revient cependant à chaque province et chaque territoire. 

Questionné par une journaliste à ce sujet, vendredi, M. Trudeau a exprimé des doutes sur la faisabilité de cette idée. 

«Je comprends qu’on veut motiver et encourager tout le monde à se faire vacciner (…), mais il faut réfléchir à ceux qui, à cause de réalités médicales, à cause de circonstances, ne peuvent pas ou n’ont pas pu se faire vacciner», a-t-il affirmé. 

«Il y a des questions d’équité et de justice par rapport à de la discrimination qui pourraient être introduites», a-t-il ajouté. 

L’idée d’un «passeport vaccinal» numérique pour circuler plus librement a été évoquée par le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, le mois dernier. Il a été critiqué par l’opposition, qui craignait qu’une telle attestation entraîne des dérapages.

M. Dubé s’est ensuite ravisé, et a dit qu’un tel passeport serait envisagé seulement pour les voyages à l’étranger. 

Son homologue fédérale, Patty Hajdu, soutient qu’il reviendra à chaque province et chaque territoire de déterminer si les personnes immunisées devront présenter une preuve de vaccination pour accéder à certains lieux. 

Elle a noté que dans certaines provinces, une preuve de vaccination pour certaines maladies est obligatoire pour les enfants d’âge scolaire, au moment d’entrer à l’école. 

«Ce sont des décisions que les provinces et les territoires prennent sur une base régulière. En termes de participation à la vie quotidienne, le gouvernement fédéral laisse ces décisions aux provinces et territoires», a-t-elle rappelé. 

«Comme gouvernement national, nous allons nous occuper des conversations à l’international», a renchéri son collègue Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales.

Parmi ces conversations à l’international, le Canada se penche, avec ses alliés, sur l’idée d’un «passeport vaccinal» pour voyager à l’international. 

«Bien sûr, nous croyons que le Canada doit faire partie de ces conversations, pour avoir de l’influence à la table (des discussions) (…), mais aussi pour s’assurer que le Canada n’est pas laissé pour compte», a soutenu la ministre Hajdu. 

Et il faudra également s’assurer d’une certaine «cohérence» avec les États-Unis, a laissé tomber le ministre LeBlanc. 

«C’est le genre de conversation que, comme gouvernement national, nous aurons pour les prochaines semaines, les prochains mois afin d’arriver à la réponse équitable et appropriée», a-t-il dit en guise de conclusion. 

Laisser un commentaire