La prospection de pétrole par levés sismiques augmente les émissions de méthane

CALGARY — Des chercheurs albertains affirment que les lignes de sondage sismique tracées pour la prospection de combustibles fossiles augmentent les émissions de méthane, un gaz à effet de serre extrêmement puissant.

Dans un article publié mercredi, Greg McDermid, de l’Université de Calgary, soutient que ces lignes sismiques rejettent suffisamment de méthane pour augmenter d’au moins sept pour cent les estimations d’émissions qui résultent de l’utilisation des sols.

Le professeur McDermid explique que du méthane est libéré lorsque la machinerie qui procède à de tels levés sismiques dans des tourbières compacte le sol et enlève la végétation. Cette manoeuvre soulève la nappe phréatique, entraînant une augmentation du méthane, un gaz à effet de serre au moins 25 fois plus puissant que le gaz carbonique.

M. McDermid indique que ses recherches ont également révélé beaucoup plus de lignes sismiques qu’on ne le croyait auparavant. À l’aide de photos satellites haute résolution, ses collègues et lui ont découvert au moins 345 000 kilomètres de lignes et de sentiers dans les tourbières de l’Alberta, soit presque deux fois plus que ce que l’on estimait jusqu’ici.

Le professeur McDermid ajoute que les chercheurs viennent tout juste de comprendre comment restaurer ces lignes sismiques dans l’environnement.