La qualité de l’air a été meilleure l’hiver dernier à Montréal

MONTRÉAL — La qualité de l’air s’est améliorée l’hiver dernier à Montréal. Et selon les autorités, ce serait grâce à l’entrée en vigueur du règlement sur les poêles à bois et foyers.

Le bilan sur la qualité de l’air à Montréal, dévoilé mercredi, indique en effet qu’entre le 1er novembre 2018 et le 15 avril dernier, il n’y a eu que deux jours de smog comparativement à six ou huit, habituellement.

Dans son rapport annuel, le Réseau de surveillance de la qualité de l’air attribue cette bonne nouvelle à l’entrée en vigueur du règlement sur l’utilisation des poêles à bois et foyers au bois «qui montre déjà des effets positifs sur la qualité de l’air».

Pour le responsable du dossier et membre du comité exécutif, Jean-François Parenteau, cela démontre que Montréal est sur la bonne voie, avec d’autres mesures également, comme l’électrification des transports et l’accent mis sur les transports actifs et collectifs.

Le Réseau de surveillance souligne que c’est l’activité humaine qui est la principale responsable des jours de mauvaise qualité de l’air, avec les transports, puis la combustion du bois de chauffage qui émet des particules fines dans l’air.

Le règlement qui est entré en vigueur le 1er octobre dernier interdit l’utilisation d’appareils à combustible solide comme les foyers et poêles, sauf s’ils sont certifiés par un organisme reconnu et qu’ils n’émettent pas plus de 2,5 grammes par heure de particules fines dans l’atmosphère.