La quarantaine à l’hôtel pour la frontière terrestre aussi, demande le Bloc québécois

OTTAWA — Estimant que certains voyageurs contournent les règles, le Bloc québécois demande maintenant de rendre la quarantaine à l’hôtel obligatoire pour les voyageurs qui entrent au Canada par la frontière terrestre.

Lors de la période de questions, lundi, trois députées bloquistes ont questionné le gouvernement sur ce programme qui est en place depuis maintenant deux semaines.

«Les gens prennent l’avion à Burlington, entrent dans un autobus, traversent la frontière et s’épargnent la quarantaine obligatoire à l’hôtel. (…) Pourquoi les mêmes règles ne s’appliquent-elles pas à tous les voyageurs non essentiels? C’est logique, non?» a lancé la députée Marie-Hélène Gaudreau.

«Bientôt, on va apprendre que les touristes se sauvent de la quarantaine en passant par le chemin Roxham», a renchéri sa collègue Marilène Gill, d’un ton ironique.

Le leader parlementaire du gouvernement, Pablo Rodriguez, a répliqué que le gouvernement fédéral avait mis en place «certaines des mesures parmi les plus strictes au monde, qu’elles concernent le transport en avion ou les frontières terrestres (…) pour protéger l’ensemble des Canadiens». 

La bloquiste Kristina Michaud a, pour sa part, déploré que la situation dans les hôtels de quarantaine est «chaotique et même dangereuse», au point où certaines personnes préfèrent payer une amende que de séjourner dans un de ces établissements. 

Dans les derniers jours, il a été révélé qu’un homme a été formellement accusé d’agression sexuelle dans un de ces hôtels. Des reportages ont également fait état du personnel d’hôtel, débordé par l’afflux de voyageurs arrivant par avion, qui n’arrive pas à suffire à la demande.

Serait-il sage, dans les circonstances, d’y ajouter les voyageurs arrivant par la frontière terrestre? 

En entrevue, Mme Michaud soutient que, deux semaines après le début de la quarantaine obligatoire à l’hôtel, le gouvernement fédéral a eu le temps de trouver des solutions à plusieurs pépins. Elle estime maintenant qu’il faut augmenter le nombre d’hôtels et émettre des consignes plus uniformes.

À son avis, c’est une question de santé publique. «Les gens, dès qu’ils se rendent compte qu’ils peuvent contourner les règles, ils vont le faire, c’est certain. (…) Et ils ont autant de chances de ramener le virus ou un variant du virus», a soutenu Mme Michaud. 

En coulisses, on souligne que la quarantaine obligatoire à l’hôtel pour les voyageurs arrivant par la frontière terrestre serait quasiment impossible à réaliser, en raison des trop nombreux points d’entrée au pays. En comparaison, les vols internationaux sont dirigés vers quatre aéroports.

Qui plus est, la grande majorité des déplacements à la frontière terrestre sont essentiels, que ce soit des camionneurs ou des travailleurs de la santé qui traversent aux États-Unis.

L’opposition est divisée sur la voie à suivre pour la quarantaine à l’hôtel; si le Bloc souhaite qu’on l’élargisse, les conservateurs, eux, réclament plutôt la suspension du programme en raison des trop nombreux problèmes. 

Laisser un commentaire