La région des Grands Lacs subit les effets du réchauffement rapide

TRAVERSE CITY, Mich. — Un rapport scientifique indique que la région des Grands Lacs se réchauffe plus rapidement que le reste des États-Unis, ce qui entraînera probablement davantage d’inondations et d’autres phénomènes météorologiques extrêmes, tels que des vagues de chaleur et de la sécheresse.

Le réchauffement climatique pourrait également se traduire par une diminution des chutes de neige, même si l’effet de lac s’intensifie, selon l’étude publiée jeudi par une équipe de chercheurs d’universités principalement du Midwest.

Le rapport prédit également la prolifération d’algues dans les Grands Lacs, ce qui les rendrait dangereux pour la baignade et augmenterait les coûts de traitement de l’eau.

L’agriculture pourrait être particulièrement touchée, les fortes pluies retardant les semis du printemps et les périodes sèches nécessitant davantage d’irrigation en été.

Les plages, les dunes et les rivages seront plus vulnérables à l’érosion.

Le rapport a été commandé par l’Environmental Law & Policy Center de Chicago.