La reine du Danemark célèbre 50 ans sur le trône

COPENHAGUE — La reine danoise Margrethe a déposé une gerbe de fleurs sur la tombe de ses parents vendredi, alors qu’on soulignait le cinquantième anniversaire de son accession au trône de la plus ancienne monarchie d’Europe.

La cérémonie s’est déroulée dans le contexte d’une pandémie qui a entraîné le report de certains événements jusqu’au mois de septembre.

La pandémie avait déjà interféré avec les fêtes entourant le 80e anniversaire de la populaire reine en 2020. Plusieurs invités ont été contraints d’annuler leur participation aux cérémonies de cette année. On compte parmi ceux-ci la sœur cadette de la reine, l’ancienne reine Anne-Marie de Grèce, dont le mari a été infecté par la COVID-19. La monarchie grecque a été abolie dans les années 1970.

Accompagnée de son autre sœur, la princesse Benedikte, et de ses deux fils (dont le prince héritier Frederik) et de leurs épouses, la reine a déposé une gerbe de fleurs sur la tombe de ses parents à la cathédrale Roskilde, à l’ouest de Copenhague, où les membres de la famille royale danoise sont enterrés depuis 1559.

Elle a aussi rencontré des membres du gouvernement et assisté à une cérémonie au parlement.

Si on a pu aller de l’avant avec les célébrations de vendredi, les cérémonies du jubilé prévues pour samedi ont été reportées. La reine Margrethe devait notamment être acclamée par des milliers de personnes au balcon du palais d’Amalienborg, à Copenhague; circuler dans les rues de la capitale à bord d’un carrosse tiré par des chevaux; assister à un gala au Théâtre royal; et participer à un banquet.

Son père, le roi Frederik IX, est mort au terme d’une courte maladie le 14 janvier 1972. Les yeux rougis, la femme de 31 ans s’est présentée le lendemain au balcon du palais de Christiansborg, au centre-ville de Copenhague, et a été proclamée reine devant des milliers de personnes.

Son règne de 50 ans n’est devancé que par celui de la reine britannique Élisabeth II, dont on soulignera cette année les 70 années passées sur le trône. Dans ses temps libres, Margrethe aime peindre, dessiner, illustrer des livres, créer des textiles religieux et broder. 

Née le 16 avril 1940, une semaine après le début de l’occupation du Danemark par l’Allemagne nazie pendant la Deuxième Guerre mondiale, la princesse est devenue un symbole d’espoir pour plusieurs Danois pendant le conflit.

En 1953, la Constitution danoise a été amendée au terme d’un référendum qui a vu 85 % des participants voter en faveur de la succession des femmes, ce qui lui a permis de devenir reine plus tard.

La succession était auparavant uniquement une affaire d’hommes. La montée du féminisme, et le fait que le roi Frederik et la reine Ingrid n’aient eu que des filles, ont influencé l’opinion publique.

La Constitution danoise n’accorde aucun pouvoir politique réel à Margrethe, mais elle maîtrise très bien la loi et connaît la teneur des lois qu’on lui demande de signer.

Elle est connue pour son franc-parler lors de ses discours télévisés du Nouvel An, ce qui contribue à sa grande popularité. Elle a récemment lancé un appel à combattre «l’égoïsme», à l’intégration des étrangers et à la lutte à la solitude.

La reine Margrethe a plusieurs fois balayé du revers de la main les suggestions qu’elle abdique en faveur du prince héritier Frederik, qui a 52 ans.