La relance sera aussi celle des émissions de gaz à effet de serre, prévient l’AIE

SILVER SPRING, Md. — Les émissions responsables du réchauffement climatique devraient se multiplier cette année, tandis que la planète émerge de la pandémie et que les économies commencent à se remettre sur pied.

Les émissions mondiales de dioxyde de carbone liées à l’énergie pourraient bondir de 1,5 milliard de tonnes cette année, après la baisse attribuable au contexte sanitaire de l’an dernier, d’après un rapport publié mardi par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), un groupe intergouvernemental établi à Paris.

Il s’agirait de la deuxième plus grande augmentation annuelle des émissions depuis 2010, dans la foulée de la crise financière mondiale de 2008-2009, note l’AIE.

Selon les prévisions de l’agence, les émissions de dioxyde de carbone augmenteront de 5% pour atteindre 33 milliards de tonnes métriques cette année.

Cette hausse serait surtout propulsée par la demande en charbon, en passe de croître de 4,5% — ce qui lui permettrait de dépasser son niveau de 2019 et de s’approcher du sommet atteint en 2014. L’AIE calcule que le secteur de l’électricité est responsable de près des trois quarts de cette augmentation.

La Chine est de loin le plus grand émetteur de carbone et consommateur de charbon au monde, suivie des États-Unis qui arrivent en deuxième position sur le plan des émissions et en troisième position sur le plan de la consommation de charbon. À l’échelle mondiale, ces deux pays rejettent à eux seuls près de la moitié des émanations de combustibles fossiles qui réchauffent l’atmosphère.

«Ceci est un avertissement que la reprise économique après la crise de la COVID-19 est présentement tout sauf durable pour notre climat, a mis en garde le directeur exécutif de l’AIE, Fatih Birol. À moins que les gouvernements du monde entier n’agissent rapidement pour commencer à réduire les émissions, nous serons probablement confrontés à une situation encore pire en 2022.»

Le rapport de l’AIE a été rendu public à quelques jours du sommet virtuel sur le climat convoqué par les États-Unis.

La demande mondiale d’énergie est en voie d’augmenter de 4,6% cette année, stimulée par la volonté de revenir aux niveaux d’activité économique prépandémiques, selon le rapport de l’AIE. L’augmentation attendue de l’utilisation du charbon dépassera celle des énergies renouvelables de près de 60%, signale-t-on, même si la demande en énergie de source renouvelable, comme le solaire et l’éolien, augmente elle aussi.

– Par Matt Ott, The Associated Press

Laisser un commentaire