La rencontre entre le PM Legault et le chef Picard de l’APNQL n’a pas eu lieu

MONTRÉAL — Le premier ministre François Legault dit «avoir beaucoup de difficulté à suivre» le chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), Ghislain Picard, qui a annulé à la dernière minute, dit-il, une rencontre prévue vendredi matin avec lui.

Ils devaient notamment discuter du triste sort réservé à Joyce Echaquan, morte à l’hôpital de Joliette lundi, peu après que des employées l’eurent insultée à coup de propos dégradants — une scène filmée par la femme membre de la Nation Atikamekw avec son téléphone cellulaire.

Cette réunion avait été annoncée à l’horaire officiel de la journée du premier ministre, et devait avoir lieu à 10h à son bureau de Montréal.

Peu après, M. Legault a indiqué sur son compte Twitter que M. Picard l’avait annulée.

En conférence de presse pour annoncer de l’aide au secteur culturel vendredi, M. Legault a souligné qu’il s’agissait de la seconde rencontre annulée en peu de temps par le chef Picard: la première devait avoir lieu avec les ministres Sonia LeBel et Sylvie D’Amours. Deux réunions annulées à la dernière minute, dit-il.

«J’ai beaucoup de difficulté à le suivre», a-t-il dit, ajoutant plus tard ne pas comprendre à quoi «il joue».

M. Picard se défend de son côté, sur son compte Twitter, d’avoir annulé la rencontre: «Je ne pouvais pas le rencontrer sans les chefs Atikamekw. Question de respect pour la nation qui s’attend à rien de moins», a-t-il écrit, ajoutant le mot-clic #JusticepourJoyce.

Le premier ministre a indiqué que son bureau n’avait pas reçu pareille demande de M. Picard. Et puis, il a ajouté qu’il ne pouvait pas recevoir plus de trois personnes en même temps, afin de respecter les consignes sanitaires.

Il a ajouté en conférence de presse avoir discuté avec le chef du Conseil des Atikamekw de Manawan, Paul-Émile Ottawa, pour organiser une rencontre dans la prochaine semaine et que ce dernier s’était déclaré satisfait.

Mardi, l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador avait dévoilé en conférence de presse son Plan de lutte au racisme et à la discrimination.

À cette occasion, le chef Picard avait commenté la mort de Joyce Echaquan.

«Le racisme et la discrimination envers les Premières Nations sont bel et bien présents au Québec et le décès d’une femme Atikamekw hier à l’hôpital de Joliette illustre cette triste réalité qu’une grande majorité de Québécois reconnaissaient», écrivait-il alors.

Questionné sur le lien de confiance qui semblait être brisé entre le gouvernement et les Premières Nations, M. Legault a rétorqué avoir mis de côté 200 millions $ dans le dernier budget afin de donner suite au rapport Viens, qui a été rédigé au terme de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec.

Selon le premier ministre, cette somme démontre que le gouvernement est sérieux, et prêt à entreprendre des actions concrètes. Le rapport devait être discuté avec le chef Picard, mais pour cela, «j’ai besoin d’un interlocuteur», a dit le premier ministre.

Laisser un commentaire