La Russie affirme avoir tué 600 soldats ukrainiens, un bilan démenti par Kyiv

KYIV, Ukraine — L’armée russe a affirmé dimanche avoir effectué des tirs de missiles meurtriers sur des casernes militaires ukrainiennes en représailles à la mort de dizaines de soldats russes lors d’une attaque à la roquette la semaine dernière. Les autorités de l’Ukraine ont toutefois nié qu’il y ait eu des victimes.

Le ministère russe de la Défense a déclaré que ses missiles avaient touché deux bases temporaires abritant 1 300 soldats ukrainiens à Kramatorsk, dans la région orientale de Donetsk, tuant 600 d’entre eux. Le porte-parole du ministère, Igor Konashenkov, a précisé que les frappes étaient une riposte à l’attaque de l’Ukraine à Makiivka, qui avait tué 89 soldats russes.

Serhii Cherevatyi, un porte-parole des forces ukrainiennes dans l’est, a déclaré à l’Associated Press que les frappes russes sur Kramatorsk n’avaient endommagé que des infrastructures civiles, ajoutant que les forces armées ukrainiennes n’avaient pas été touchées.

Les combats se poursuivent à travers le pays, et l’administration régionale de Donetsk a déclaré que sept missiles russes se sont abattus sur Kramatorsk et deux autres sur Konstantynivka, sans toutefois faire de victimes. Les autorités ont indiqué qu’un établissement d’enseignement, une installation industrielle et des garages ont été endommagés à Kramatorsk, et qu’une zone industrielle a été touchée à Kostyantynivka.

Selon le maire de Kramatorsk, Oleksandr Honcharenko, deux bâtiments scolaires et huit immeubles d’habitation auraient été atteints par les frappes.

Dès les premières heures de la nouvelle année, les forces ukrainiennes ont lancé des roquettes sur une installation à Makiivka, également dans la région orientale de Donetsk, où des soldats russes étaient stationnés. L’attaque, l’une des plus meurtrières contre les forces du Kremlin depuis le début de la guerre, a fait des dizaines de morts.

Dimanche, l’armée ukrainienne a affirmé avoir frappé une résidence d’une université de médecine à Rubizhne, une ville de la région orientale de Lougansk occupée par l’envahisseur, tuant 14 soldats russes qui y étaient hébergés. Le nombre de blessés reste toutefois inconnu.

Ailleurs dans l’est, le gouverneur de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, a attesté qu’une personne a été tuée lors de frappes contre Bakhmut, et que huit autres ont été blessées.

Au nord-est de Kharkiv, la ville de Merefa a été touchée pendant la nuit, tuant une personne. Deux autres campements de la région ont aussi été bombardés, a ajouté le gouverneur Oleh Syniehubov.

Ces derniers développements surviennent après que les forces russes ont mis fin à un cessez-le-feu partiellement respecté, qui avait été planifié pour coïncider avec les célébrations de Noël orthodoxes samedi.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.