La Russie affirme progresser dans l’est de l’Ukraine

KYIV, Ukraine — La Russie a affirmé mardi avoir occupé de vastes étendues de l’est de l’Ukraine après un barrage implacable de plusieurs semaines et le récent déploiement de davantage de troupes.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a déclaré que les forces de Moscou avaient «libéré» 97 % de la région de Lougansk.

La Russie semble déterminée à capturer toute la partie orientale du Donbass en Ukraine, qui est composée des régions de Donetsk et de Lougansk. Cet objectif semble être son ambition la plus immédiate en Ukraine.

Mais alors que les forces du Kremlin ont une puissance de feu supérieure, les défenseurs ukrainiens ― parmi lesquels les forces les mieux entraînées du pays ― sont retranchés et ont montré leur capacité à contre-attaquer.

M. Choïgou a affirmé que les forces russes se sont emparées des quartiers résidentiels de Sievierodonetsk et se battent pour prendre le contrôle d’une zone industrielle à sa périphérie et des villes voisines.

Sievierodonetsk, le centre administratif de la région de Louhansk, a récemment été au cœur de l’offensive russe. Sievierodonetsk et Lysychansk, à proximité, sont les deux seules villes du Donbass à résister à l’invasion russe, qui est aidée par les forces locales pro-Kremlin.

M. Choïgou a ajouté que les troupes russes poursuivaient leur offensive vers la ville de Popasna et a noté qu’elles avaient pris le contrôle de Lyman, de Sviatohirsk et de 15 autres villes de la région.

Popasna est une ville avec une population d’avant-guerre de 20 000 habitants située à environ 30 kilomètres au sud de Sievierodonetsk.

Un responsable ukrainien a déclaré mardi que Moscou déployait des renforts de troupes dans l’est de l’Ukraine alors qu’un barrage d’artillerie russe visait à écraser les défenses ukrainiennes.

Le gouverneur de Louhansk, Serhiy Haidai, a reconnu que les forces russes contrôlaient la périphérie industrielle de Sievierodonetsk, l’une des deux villes de la région de Louhansk encore aux mains des Ukrainiens.

«Les batailles de rue les plus difficiles se poursuivent, avec plus ou moins de succès, a déclaré M. Haidai à l’Associated Press. La situation change constamment, mais les Ukrainiens repoussent les attaques.»

La stratégie de Moscou a cependant subi de nombreux revers depuis que la Russie a envahi l’Ukraine le 24 février, y compris une tentative ratée de prendre Kyiv, la capitale.

Les forces de Moscou ont également maintenu un barrage d’artillerie contre Lysychansk, une ville proche de Sievierodonetsk qui est presque entièrement contrôlée par les troupes russes.

M. Haidai a dit que les troupes russes avaient bombardé un marché local, une école et un bâtiment universitaire, détruisant ce dernier. Trois personnes blessées ont été envoyées dans des hôpitaux dans d’autres parties de l’Ukraine, a-t-il dit.

«Une destruction totale de la ville est en cours, les bombardements russes se sont considérablement intensifiés au cours des dernières 24 heures. Les Russes utilisent des tactiques de la terre brûlée», a ajouté M. Haidai.

Au total, les forces ukrainiennes ont repoussé dix attaques russes au cours des dernières 24 heures, selon M. Haidai. Son rapport n’a pas pu être vérifié de manière indépendante.

L’Ukraine reçoit des armes et des munitions de l’Occident pour aider à repousser les attaques russes incessantes. Cette assistance est devenue une cible pour l’artillerie et les avions de combat russes.

La Russie a affirmé mardi que ses forces avaient détruit deux systèmes d’artillerie fournis par les États-Unis et un obusier fourni par la Norvège.

Le major-général Igor Konashenkov a déclaré que le barrage d’artillerie russe avait détruit d’autres équipements ukrainiens dans l’est du pays tandis que l’armée de l’air russe frappait les troupes ukrainiennes et les concentrations d’équipements et les positions d’artillerie.

Les affirmations de M. Konashenkov n’ont pas pu être confirmées de manière indépendante.

À Kyiv, pendant ce temps, des autopsies étaient prévues sur des dizaines de combattants ukrainiens tués dans l’aciérie d’Azovstal.

Les corps ont été renvoyés en Ukraine par les occupants russes de l’usine dans la ville détruite de Marioupol, où leur dernier combat est devenu un symbole de résistance contre l’invasion de Moscou.

Le régiment Azov faisait partie des unités ukrainiennes qui ont défendu l’aciérie pendant près de trois mois avant de se rendre en mai, sous le feu des attaques russes incessantes depuis le sol, la mer et les airs.

On ne sait pas combien de corps pourraient encore se trouver dans l’usine.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.