La Russie approuve la prolongation d’un traité antinucléaire avec les États-Unis

MOSCOU — Les parlementaires russes ont rapidement approuvé mercredi la prolongation du dernier traité de contrôle des armes nucléaires qui lie encore la Russie et les États-Unis, quelques jours seulement avant l’expiration prévue de l’accord.

Les deux chambres du Parlement russe ont approuvé à l’unanimité la prolongation pour cinq ans du traité New START, au lendemain d’une première conversation téléphonique entre les présidents Joe Biden et Vladimir Poutine. Le Kremlin a indiqué qu’ils se sont entendus pour finaliser la prolongation au cours des prochains jours.

S’adressant par vidéo à la rencontre virtuelle du Forum économique mondial, M. Poutine a dit que la décision de prolonger le traité est un «pas dans la bonne direction». Il a toutefois mis en garde contre la hausse des rivalités mondiales et le risque de nouveaux conflits.

La prolongation de l’entente ne nécessite pas l’accord du Congrès américain. En Russie, les parlementaires devaient entériner la décision et M. Poutine doit y apposer sa signature.

La présidente de la chambre haute du parlement russe, Valentina Matvienko, a dit après le vote que la prolongation démontre que la Russie et les États-Unis sont capables de s’entendre, malgré les tensions qui existent entre eux.

Le traité New START vient à échéance le 5 février. M. Biden avait proposé sa prolongation pour cinq ans après avoir pris le pouvoir la semaine dernière, et le Kremlin a rapidement accepté.

Le traité signé en 2010 par les présidents Barack Obama et Dimitri Medvedev impose à chaque pays de ne pas déployer plus de 1500 ogives nucléaires, ainsi que 700 missiles et bombardiers. L’entente prévoit aussi des inspections détaillées sur place.

La Russie proposait depuis longtemps de prolonger l’entente, sans conditions ou changements, mais l’administration Trump avait attendu à l’an dernier pour entamer les discussions et avait assujetti la prolongation à plusieurs demandes. Les pourparlers s’étaient rapidement embourbés.

New START est la dernière entente de contrôle des armes nucléaires entre la Russie et les États-Unis depuis que les deux pays se sont retirés en 2019 du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, qui avait été signé en 1987.

Plus tôt ce mois-ci, la Russie avait annoncé que, comme les États-Unis, elle se retirait du traité Ciel ouvert, qui permettait le survol des installations militaires pour alimenter la confiance et la transparence entre la Russie et l’Occident.

Les militants du contrôle des armes ont estimé que la prolongation de New START rehausse la sécurité de la planète et ont incité les deux pays à négocier de nouvelles ententes.

La Russie a indiqué que son véhicule hypersonique Avangard et d’autres armes nucléaires seront assujettis au traité.

L’armée russe affirme que l’Avangard peut filer à 27 fois la vitesse du son et effectuer des manoeuvres serrées en plein vol, afin de contourner les systèmes antimissiles. L’Avangard emporte des missiles balistiques intercontinentaux soviétiques, mais il pourrait un jour emporter le Sarmat, un missile balistique intercontinental actuellement en développement.

Moscou dit être prête à discuter d’une réduction des armements, en notant que les discussions devraient englober les armes non nucléaires de précision ayant une portée stratégique.

– Par Vladimir Isachenkov, The Associated Press

Laisser un commentaire