La Russie dit avoir le plein contrôle de Marioupol après trois mois de siège

POKROVSK, Ukraine — La Russie a affirmé s’être emparée de Marioupol vendredi dans ce qui serait sa plus grande victoire à ce jour dans sa guerre avec l’Ukraine, après un siège de près de trois mois qui a réduit une grande partie de la ville portuaire stratégique à une ruine fumante et aurait entraîné la mort de 20 000 civils.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a annoncé au président Vladimir Poutine la «libération complète» de l’usine sidérurgique d’Azovstal à Marioupol — le dernier bastion de la résistance ukrainienne — et de la ville dans son ensemble, a déclaré le porte-parole Igor Konashenkov.

Il n’y a pas eu de confirmation immédiate de l’Ukraine.

Selon l’agence de presse russe RIA Novosti, le ministère a déclaré qu’un total de 2439 combattants ukrainiens qui avaient été retranchés dans les aciéries s’étaient rendus depuis lundi, dont plus de 500, vendredi.

Lors de leur reddition, les combattants ont été faits prisonniers par les Russes, et au moins certains ont été emmenés dans une ancienne colonie pénitentiaire. D’autres auraient été hospitalisés.

La prise de contrôle complète de Marioupol donne à Vladimir Poutine une victoire bien nécessaire dans la guerre qu’il a commencée le 24 février — un conflit qui était censé être une conquête éclair pour le Kremlin, mais qui a plutôt vu l’échec de la prise de la capitale de Kyiv, un recul et un recentrage des forces sur l’est de l’Ukraine et le naufrage du vaisseau amiral de la flotte russe de la mer Noire.

Des analystes militaires ont affirmé que la capture de Marioupol à ce stade revêtait une importance principalement symbolique, car la ville était déjà effectivement sous le contrôle de Moscou et la plupart des forces russes qui étaient liées par les combats étaient déjà parties.

Dans d’autres développements vendredi, l’Occident a décidé de verser des milliards supplémentaires d’aide à l’Ukraine et les combats ont fait rage dans le Donbass, le cœur industriel de l’est de l’Ukraine que le président Poutine est déterminé à capturer.

Les forces russes ont bombardé une autoroute vitale et poursuivi leurs attaques contre une ville clé de la région de Lougansk, frappant une école entre autres sites, ont déclaré les autorités ukrainiennes. Lougansk fait partie du Donbass.

Les troupes de Moscou tentent depuis des semaines de s’emparer de Severodonetsk, une ville clé du Donbass, et au moins 12 personnes y ont été tuées vendredi, a déclaré par courriel Serhiy Haidai, le gouverneur de Luhansk. Une école qui abritait plus de 200 personnes, dont de nombreux enfants, a été touchée et plus de 60 maisons ont été détruites dans toute la région, a-t-il soutenu.

Mais il a ajouté que les Russes avaient subi des pertes lors de l’attaque de Severodonetsk et avaient été contraints de battre en retraite. Sa mise à jour de la situation n’a pas pu être vérifiée de manière indépendante.

Une autre ville, Rubizhne, a été «complètement détruite», a dit M. Haidai. «Son sort peut être comparé à celui de Marioupol.»

Le Kremlin avait cherché le contrôle de Marioupol pour achever un couloir terrestre entre la Russie et la péninsule de Crimée, qu’il a saisie de l’Ukraine en 2014, et libérer des troupes pour rejoindre la plus grande bataille du Donbass. La perte de la ville prive également l’Ukraine d’un port maritime vital.

Marioupol a enduré certaines des pires souffrances de la guerre. Environ 100 000 personnes sont restées par rapport à la population d’avant-guerre de 450 000, et beaucoup se sont retrouvées sans nourriture, eau, chauffage ou électricité. Les bombardements incessants ont laissé des rangées sur des rangées de bâtiments brisés ou évidés.

Une maternité a été touchée par une frappe aérienne russe meurtrière le 9 mars, produisant des images saisissantes de femmes enceintes évacuées de l’endroit. Une semaine plus tard, environ 300 personnes auraient été tuées dans un bombardement d’un théâtre où des civils se réfugiaient, même si le véritable bilan pourrait être plus proche de 600.

Des images satellites d’avril ont montré ce qui semblait être des fosses communes juste à l’extérieur de Marioupol, où des responsables locaux ont accusé la Russie d’avoir dissimulé le massacre en enterrant jusqu’à 9000 civils.

Alors que la fin approchait à l’aciérie d’Azovstal, les femmes de combattants ont raconté ce qu’elles craignaient d’être leur dernier contact avec leurs maris.

Olga Boiko a essuyé des larmes en disant que son mari lui avait écrit jeudi : « Bonjour. Nous nous rendons, je ne sais pas quand je te contacterai et si je le ferai. Je t’aime. Je t’embrasse. Au revoir.»

Mykhailo Podolyak, un conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky, a décrit la défense de Marioupol comme «les Thermopyles du 21e siècle» — une référence à l’une des défaites les plus glorieuses de l’histoire, au cours de laquelle 300 Spartiates ont résisté à une force perse beaucoup plus importante en 480 avant notre ère avant de finalement succomber.

Dans d’autres développements vendredi:

– Les grandes économies du Groupe des Sept et les institutions financières mondiales ont convenu de fournir plus d’argent pour renforcer les finances de l’Ukraine, portant le total à 19,8 milliards $ US. Aux États-Unis, le président Joe Biden devait signer un ensemble de 40 milliards $ d’aide militaire et économique à l’Ukraine et à ses alliés.

– La Russie coupera le gaz naturel à la Finlande samedi, a annoncé la compagnie énergétique nationale finlandaise, quelques jours seulement après que la Finlande a demandé à rejoindre l’OTAN. La Finlande avait refusé la demande de Moscou de payer le gaz en roubles. La coupure ne devrait pas avoir d’effet immédiat majeur. Le gaz naturel ne représentait que 6 % de la consommation totale d’énergie de la Finlande en 2020, a déclaré le radiodiffuseur finlandais YLE.

— Les législateurs russes ont proposé un projet de loi visant à lever la limite d’âge à 40 ans pour les Russes qui se portent volontaires pour le service militaire. Actuellement, tous les hommes russes âgés de 18 à 27 ans doivent subir une année de service, bien que beaucoup bénéficient d’ajournements universitaires et d’autres exemptions.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.