La Russie bombarde la capitale de l’Ukraine tôt ce matin, juste avant le sommet du G7

KYIV, Ukraine — La Russie a bombardé la capitale ukrainienne tôt dimanche, frappant au moins deux bâtiments résidentiels, a déclaré le maire de Kyiv, Vitali Klitschko. Les troupes russes se sont battues aussi pour consolider leurs gains dans l’est du pays.

Les journalistes d’Associated Press à Kyiv ont vu les services de secours secourir des civils et combattre les flammes. Les informations préliminaires indiquent qu’une personne a été tuée et quatre blessées, selon le bureau du procureur général.

Le maire de Kyiv, Vitali Klitschko, a précisé que quatre personnes ont été hospitalisées et qu’une fille de 7 ans a été retirée vivante des décombres.

Une classe de maternelle à proximité a également été endommagée, mais se retrouve avec un cratère dans sa cour. 

Un député du parlement ukrainien, Oleksiy Goncharenko, a indiqué sur l’application de messagerie Telegram que «selon les données préliminaires, 14 missiles ont été lancés contre la région de Kyiv et Kyiv». Le porte-parole de l’armée de l’air, Iouri Ignat, a déclaré qu’il s’agissait de missiles de croisière Kh-101 tirés d’avions au-dessus de la mer Caspienne.

Dans la ville de Tcherkassy, à quelque 160 kilomètres de la capitale, une personne a été tuée et cinq blessés par des frappes de deux roquettes russes, a précisé le gouverneur régional Ihor Taburets. 

Les frappes aériennes russes tôt le matin ont été les premières à viser avec succès la capitale depuis le 5 juin.

M. Klitschko a déclaré aux journalistes qu’il croyait «qu’il s’agissait peut-être d’une attaque symbolique» avant le prochain sommet de l’OTAN à Madrid. 

Deux autres explosions ont été entendues plus tard à Kyiv, mais l’ampleur des dommages n’était pas connue dans l’immédiat, voire s’il y avait des victimes.

En marge du sommet du G7 en Allemagne, le président des États-Unis, Joe Biden, a qualifié les dernières frappes de missiles russes sur la capitale ukrainienne de «barbarie».

M. Biden a déclaré que les États-Unis et d’autres pays du G-7 ont l’intention d’annoncer une interdiction des importations d’or en provenance de Russie. Ils espèrent que cette mesure isolera davantage la Russie sur le plan économique après son invasion de l’Ukraine. 

Pendant ce temps sur le terrain, les forces russes ont lutté pour engloutir le dernier bastion ukrainien dans la région orientale de Lougansk, après avoir pris le contrôle total samedi de la ville de Sievierodonetsk, y compris une usine chimique où des centaines de soldats et de civils ukrainiens s’étaient réfugiés.

Le gouverneur de Lougansk, Serhiy Haidai, a déclaré dimanche que la Russie menait des frappes aériennes intenses sur la ville adjacente de Lyssytchansk, détruisant sa tour de télévision et endommageant sérieusement un pont routier.

« Il y a beaucoup de destruction — Lyssytchansk est presque méconnaissable », a-t-il écrit sur Facebook. 

Le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, a déclaré samedi que les forces séparatistes russes soutenues par Moscou contrôlent maintenant Sievierodonetsk et les villages qui l’entourent. Il a déclaré que la tentative des forces ukrainiennes de transformer l’usine d’Azot en un «centre de résistance entêté» avait été contrecarrée.

M. Haidai a confirmé samedi que Sievierodonetsk était tombé aux mains de combattants russes et séparatistes, qui, selon lui, tentaient maintenant de bloquer Lyssytchansk du sud. 

L’agence de presse russe Interfax a cité un porte-parole des forces séparatistes, Andrei Marochko, qui a déclaré que les troupes russes et les combattants séparatistes étaient entrés dans Lyssytchansk et que des combats se déroulaient au cœur de la ville. Il n’y a pas eu de commentaire immédiat de la part des Ukrainiens.

Lysychansk et Sievierodonetsk ont été le point focal d’une offensive russe visant à capturer tout le Donbass et à détruire l’armée ukrainienne qui le défend.

La capture de Lyssytchansk donnerait aux forces russes le contrôle de chaque colonie majeure dans la province, une étape importante vers l’objectif de la Russie de capturer tout le Donbass. Les Russes et les séparatistes contrôlent environ la moitié de Donetsk, la deuxième province du Donbass. 

Samedi, la Russie a également lancé des dizaines de missiles sur plusieurs zones à travers le pays loin du cœur des batailles orientales. Certains des missiles ont été tirés par des bombardiers russes à longue portée Tu-22 déployés depuis la Biélorussie pour la première fois, a déclaré le commandement aérien de l’Ukraine.

Le bombardement a précédé une rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et le président biélorusse Alexandre Loukachenko, au cours de laquelle Poutine a annoncé que la Russie prévoyait de fournir au Bélarus le système de missiles Iskander-M.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.