La Russie intensifie ses attaques dans le nord, l’est et le sud de l’Ukraine

KRAMATORSK, Ukraine — De nouvelles nouvelles frappes de missiles russes et des bombardements ont tué au moins 16 civils dans l’ensemble du pays, ont indiqué les autorités ukrainiennes, samedi.

Ces bombardements sont survenus après que les principaux responsables militaires russes eurent annoncé leurs intentions d’intensifier leurs attaques contre leur voisin.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a donné «des instructions pour intensifier davantage les actions des unités dans toutes les zones opérationnelles, afin d’exclure la possibilité que le régime de Kyiv lance des frappes massives de roquettes et d’artillerie sur des infrastructures civiles et des habitants des colonies du Donbass et d’autres régions», a indiqué samedi le ministère russe de la Défense. 

Les nouvelles attaques russes ont touché des zones au nord, à l’est et au sud de l’Ukraine. La deuxième plus grande ville d’Ukraine, Kharkiv, a connu des bombardements particulièrement violents ces derniers jours, les responsables ukrainiens et les commandants locaux craignant qu’un deuxième assaut russe de grande envergure contre la ville du nord soit imminent. 

Au moins trois civils ont été tués et trois autres ont été blessés samedi lors d’une frappe de roquette russe avant l’aube sur la ville de Chuhuiv, dans le nord de l’Ukraine, proche de Kharkiv et à seulement 120 kilomètres de la frontière russe, a déclaré un chef de la police régionale. 

Le chef adjoint de la police régionale de Kharkiv, Serhiy Bolvinov, a indiqué que les roquettes avaient en partie détruit un immeuble de deux étages.

«Quatre roquettes russes, vraisemblablement tirées des environs de (la ville russe de) Belgorod dans la nuit, vers 3h30, ont touché un immeuble résidentiel, une école et des bâtiments administratifs», a écrit M. Bolvinov sur Facebook.

«Les corps de trois personnes ont été retrouvés sous les décombres. Trois autres ont été blessés. Les victimes sont des civils», a précisé M. Bolvinov.

Dans la région voisine de Soumy, un civil a été tué et au moins sept autres ont été blessés après que les Russes ont ouvert les frappes sur trois villes et villages non loin de la frontière russe, a déclaré samedi le gouverneur régional Dmytro Zhyvytsky sur Telegram.

Dans la région assiégée de l’est du Donetsk, sept civils ont été tués et 14 blessés au cours des dernières 24 heures lors d’attaques contre des villes, a annoncé samedi matin son gouverneur.

Liaison routière stratégique

À proximité, les troupes ukrainiennes ont repoussé pendant la nuit un assaut russe sur une autoroute stratégique de l’Est, a déclaré Serhiy Haidai, le gouverneur de la région de Lougansk. M. Haidai a affirmé que la Russie tentait de s’emparer de la principale liaison routière entre les villes de Lyssytchansk et Bakhmout «depuis plus de deux mois».

«Ils ne peuvent toujours pas contrôler plusieurs kilomètres de cette route», a écrit M. Haidai dans un article de Telegram.

La campagne militaire de la Russie s’est concentrée sur le Donbass, qui comprend les régions de Donetsk et de Louhansk, mais les forces russes se sont également acharnées sur d’autres parties du pays dans le cadre d’une campagne incessante pour arracher des territoires à l’Ukraine et écraser le moral de ses dirigeants, de ses troupes et de ses civils.

Dans le sud de l’Ukraine, deux personnes ont été blessées par des bombardements russes dans la ville de Bashtanka, au nord-est de la ville de Mykolaiv sur la mer Noire, selon le gouverneur régional, Vitaliy Kim.

Ce dernier a indiqué que la ville de Mykolaiv elle-même a également subi de nouveaux tirs russes avant l’aube. Vendredi, il a publié des vidéos de ce qu’il a qualifié d’attaque de missiles russes contre les deux plus grandes universités de la ville et a dénoncé la Russie comme «un État terroriste».

Deux personnes ont été tuées et une femme a été hospitalisée après une frappe à la roquette russe sur la ville de Nikopol, située sur la rive orientale du fleuve, ont indiqué les services d’urgence. Le gouverneur de Dnipro, Valentyn Reznichenko, a déclaré sur Telegram qu’un immeuble de cinq étages, une école et le bâtiment d’une école professionnelle avaient été endommagés.

Vendredi, des missiles de croisière tirés par des bombardiers stratégiques russes ont frappé la ville de Dnipro, dans le sud-est de l’Ukraine, tuant au moins trois personnes et en blessant 16, ont déclaré des responsables ukrainiens.

Lors d’un point de presse régulier samedi, des responsables de la défense russe ont affirmé que la frappe avait détruit «des ateliers produisant des composants pour réparer des missiles balistiques Tochka-U, ainsi que plusieurs lance-roquettes». Le porte-parole Igor Konashenkov n’a pas répondu aux allégations ukrainiennes selon lesquelles la frappe aurait tué des civils.

L’attaque russe la plus meurtrière de cette semaine a eu lieu jeudi, lorsqu’une frappe de missile russe a tué au moins 24 personnes – dont trois enfants – et en a blessé plus de 200 à Vinnytsia, une ville au sud-ouest de Kyiv, la capitale, loin des lignes de front.

La Russie a déclaré que les missiles de croisière de type Kalibr avaient touché une «installation militaire» qui accueillait une réunion entre le commandement de l’armée de l’air ukrainienne et des fournisseurs d’armes étrangers. Les autorités ukrainiennes ont insisté sur le fait que le site n’avait rien à voir avec l’armée.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.