La Russie intensifie son offensive contre Bakhmout

KYIV, Ukraine — Les forces russes intensifient leur attaque contre les positions ukrainiennes autour de la ville de Bakhmout, ont déclaré des responsables ukrainiens, répandant encore plus de mort et de destruction dans la ville anéantie.

«Tout est complètement détruit. Il n’y a presque plus de vie», a dit le président ukrainien Volodymyr Zelensky lundi soir à propos de la scène autour de Bakhmout et de la ville voisine de Soledar, dans la province de Donetsk.

«Tout le pays près de Soledar est couvert des cadavres des occupants et des cicatrices des frappes, a ajouté M. Zelenskyy. Voilà à quoi ressemble la folie.»

Le Kremlin, dont l’invasion de son voisin il y a 10 mois et demi a subi de nombreux revers, est avide de victoires. La Russie a illégalement annexé Donetsk et trois autres provinces ukrainiennes en septembre, mais ses troupes ont du mal à avancer.

Après que les forces ukrainiennes aient repris la ville méridionale de Kherson en novembre, la bataille s’est avivée autour de Bakhmout.

La vice-ministre ukrainienne de la Défense, Hanna Malyar, a déclaré que la Russie avait lancé «un grand nombre de groupes» dans la lutte pour la ville. «L’ennemi avance littéralement sur les corps de ses propres soldats et utilise massivement l’artillerie, les lance-roquettes et les mortiers, frappant ses propres troupes», a-t-elle indiqué.

Pavlo Kyrylenko, le gouverneur de la région de Donetsk nommé par Kyiv, a décrit mardi les attaques russes contre Soledar et Bakhmout comme implacables.

«L’armée russe réduit les villes ukrainiennes en ruines en utilisant toutes sortes d’armes dans sa tactique de la terre brûlée, a dit M. Kyrylenko dans des propos télévisés. La Russie mène une guerre sans règles, entraînant des morts et des souffrances civiles.»

Des soldats blessés arrivent 24 heures sur 24 pour des soins d’urgence dans un centre de stabilisation médical ukrainien situé près de la ligne de front autour de Bakhmout. Les médecins du centre pour blessés au combat se sont battus pendant 30 minutes lundi pour sauver un soldat, mais ses blessures étaient trop graves.

Un autre soldat a été blessé à la tête après qu’un fragment ait percé son casque. Les médecins ont rapidement stabilisé son état pour le transférer dans un hôpital militaire pour un traitement ultérieur.

«Nous nous battons jusqu’au bout pour sauver une vie, a dit à l’Associated Press le chirurgien et coordonnateur du centre Kostnyantyn Vasylkevich. Bien sûr, ça fait mal quand il n’est pas possible de les sauver.»

Le chef des zones occupées de Donetsk, soutenu par Moscou, a déclaré mardi que les forces russes étaient «très proches» de prendre le contrôle de Soledar. Mais les gains arrivaient «à un prix très élevé», a prévenu Denis Pouchiline à la télévision d’État russe.

Le contrôle de la ville créerait de «bonnes perspectives» pour prendre le contrôle de Bakhmout, a ajouté M. Pouchiline, ainsi que pour un nouvel assaut sur Siversk, une ville plus au nord où les fortifications ukrainiennes «sont également assez sérieuses».

Le ministère britannique de la Défense a souscrit à cette évaluation des développements de la bataille. Les troupes russes aux côtés des hommes du groupe Wagner, un sous-traitant militaire privé russe, ont avancé ces derniers jours à Soledar et «contrôlent probablement la majeure partie de la ville», a analysé mardi le ministère sur Twitter.

Il a ajouté que la prise de Soledar, située à 10 kilomètres au nord de Bakhmout, était probablement l’objectif militaire immédiat de Moscou et faisait partie d’une stratégie visant à encercler Bakhmout.

Mais il a indiqué que «les forces ukrainiennes maintiennent des lignes défensives stables en profondeur et contrôlent les voies d’approvisionnement» dans la région.

Une caractéristique exceptionnelle des combats près de Bakhmout est que certains se sont déroulés autour des entrées de tunnels de mines de sel désaffectées qui s’étendent sur environ 200 kilomètres sous la zone, a noté le rapport des services de renseignement britanniques.

«Les deux parties craignent probablement que (les tunnels) puissent être utilisés pour s’infiltrer derrière leurs lignes», a-t-il expliqué.

Le ministre russe de la Défense Sergei Choïgou ― dont les performances ont été vivement critiquées dans certains cercles russes, mais qui a conservé la confiance du président russe Vladimir Poutine ― a déclaré mardi que l’armée de son pays utiliserait son expérience en Ukraine pour améliorer l’entraînement au combat.

Les communications militaires et les systèmes de contrôle seront améliorés grâce à l’intelligence artificielle, a dit M. Choïgou, et les troupes recevront de meilleurs équipements.

Le Kremlin affirme qu’il ne combat pas seulement l’Ukraine mais aussi ses alliés de l’OTAN. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré mardi que les membres de l’OTAN «sont devenus une partie au conflit, injectant des armes, des technologies et des données de renseignement en Ukraine».

Le bureau présidentiel ukrainien a annoncé qu’au moins quatre civils avaient été tués et 30 autres blessés dans des bombardements russes entre lundi et mardi.

Vitaliy Kim, le gouverneur de la région méridionale de Mykolaïv, a déclaré que les forces russes avaient bombardé le port d’Ochakiv et la zone qui l’entoure lundi soir, puis à nouveau tôt mardi. Il a ajouté que 15 personnes, dont un enfant de 2 ans, avaient été blessées lors du bombardement de lundi.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.