La Russie non invitée pour la reprise des travaux du Conseil de l’Arctique

OTTAWA — Le Conseil de l’Arctique a pris la décision de reprendre ses rencontres à la suite d’une suspension de ses travaux pour protester contre l’invasion russe en Ukraine.

Les membres du conseil ont toutefois convenu de ne pas inviter la Russie à leur table et de n’aborder que les projets qui ne la concernent pas.

Outre la Russie, le conseil est composé du Canada, du Danemark, de la Suède, de la Norvège, de l’Islande, de la Finlande et des États-Unis. Ses travaux traitent de divers sujets allant des changements climatiques aux enjeux autochtones.

C’est actuellement la Russie qui préside le conseil, mais en mars dernier tous les autres membres ont quitté la table à la suite de l’invasion de l’Ukraine par le régime de Vladimir Poutine.

Mercredi, les membres solidaires ont publié un communiqué annonçant que le conseil reprendrait ses travaux de manière restreinte en ne traitant que les dossiers qui ne nécessitent pas la présence de la Russie.

Le Conseil de l’Arctique a été fondé à Ottawa en 1996 et a permis de parvenir à des ententes internationales sur des éléments importants comme la coopération scientifique dans le nord et la mise en place d’opérations pour nettoyer les dégâts causés par des déversements de pétrole.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.