La Russie promet d’évacuer les habitants de Kherson

KYIV, Ukraine — La Russie a promis un hébergement gratuit aux résidents de la région partiellement occupée de Kherson en Ukraine qui souhaitent évacuer vers la Russie, signe que les gains militaires ukrainiens le long du front sud de la guerre inquiètent le Kremlin.

Le chef installé par Moscou à Kherson, l’une des quatre régions illégalement annexées par le président russe Vladimir Poutine le mois dernier, a demandé au Kremlin d’organiser une évacuation de quatre villes, citant les bombardements incessants des forces ukrainiennes.

Vladimir Saldo, le chef de l’administration régionale nommée par Moscou, a déclaré qu’une décision avait été prise d’évacuer les habitants de Kherson vers les régions russes de Rostov, Krasnodar et Stavropol, ainsi que vers la péninsule de Crimée, que Moscou a annexée à l’Ukraine en 2014.

«Nous, habitants de la région de Kherson, savons bien sûr que la Russie n’abandonne pas les siens, et la Russie offre toujours un coup de main», a déclaré M. Saldo jeudi.

La Russie a qualifié de volontaire le mouvement des Ukrainiens vers la Russie ou un territoire sous contrôle russe, mais dans de nombreux cas, ce sont les seules voies d’évacuation que les résidents des zones occupées peuvent, ou sont autorisés à, emprunter.

Des rapports ont fait surface selon lesquels certains Ukrainiens ont été expulsés de force vers des «camps de filtration» dans des conditions difficiles. En outre, une enquête de l’Associated Press a révélé que les autorités russes avaient expulsé des milliers d’enfants ukrainiens ― certains orphelins, d’autres vivant dans des familles d’accueil ou dans des institutions ― pour qu’ils soient élevés en tant que Russes.

La reprise par l’Ukraine des zones occupées à l’est et au sud du pays, et l’explosion d’un camion piégé le 8 octobre sur un pont prisé reliant la Russie à la Crimée, ont conduit à des critiques nationales sur la gestion de la guerre par le Kremlin et à une pression accrue sur M. Poutine pour qu’il en fasse plus pour renverser la vapeur en faveur de la Russie.

L’annonce de l’évacuation est intervenue alors que les forces ukrainiennes pénétraient plus profondément dans la région de Kherson, bien qu’à un rythme plus lent qu’il y a quelques semaines. Les forces ukrainiennes ont signalé avoir repris 75 municipalités dans la région au cours du mois dernier, a annoncé jeudi soir le ministère ukrainien de la Réintégration des territoires temporairement occupés.

Une campagne similaire dans l’est de l’Ukraine a entraîné le retour de 502 municipalités dans la région de Kharkiv, 43 dans la région de Donetsk et sept dans la région de Louhansk, a indiqué le ministère.

M. Poutine a illégalement annexé Kherson, ainsi que la région voisine de Zaporijjia et les régions de Donetsk et Lougansk dans l’est de l’Ukraine, le mois dernier à la suite de «référendums» dans les quatre régions que Kyiv et l’Occident ont dénoncés comme une imposture.

Le général Valeriy Zaluzhny, le commandant des forces armées ukrainiennes, a juré vendredi que ses forces réussiraient à «récupérer les nôtres».

«Rien ni personne ne nous arrêtera, a dit le général Zaluzhny dans un message vidéo. Nous avons enterré le mythe de l’invincibilité de l’armée russe.»

Tout en réitérant les appels aux résidents locaux pour qu’ils évacuent vers la Russie, l’adjoint de M. Saldo, Kirill Stremousov, a également insisté sur le fait que les préparatifs d’évacuation ne signifiaient pas que les responsables installés par la Russie prévoyaient que les forces ukrainiennes prendraient toute la région de Kherson.

«Personne ne recule. Personne n’envisage de quitter le territoire de la région de Kherson», a-t-il dit.

Pour un cinquième jour, la Russie a poursuivi ses frappes de missiles sur des infrastructures critiques qui ont commencé lundi en représailles à une explosion sur le pont de Kertch le week-end dernier qui, selon Moscou, a été causée par un camion piégé. La travée, qui relie la Crimée au continent russe, a une valeur stratégique et symbolique importante pour la Russie dans sa guerre défaillante en Ukraine.

Au cours des dernières 24 heures, au moins neuf civils ont été tués et 15 blessés, a rapporté vendredi matin le bureau du président ukrainien. Parmi les victimes figuraient un garçon de 11 ans et six autres personnes décédées après une frappe de missile dans la ville de Mykolaïv, où un immeuble résidentiel a été détruit, a déclaré le gouverneur régional, Vitaliy Kim.

Vendredi, les forces russes ont effectué au moins quatre frappes de missiles sur Kharkiv, la deuxième plus grande ville d’Ukraine. Le maire Ihor Terekhov a signalé plusieurs explosions dans la ville du nord-est sans donner de détails sur l’étendue des dégâts ni dire s’il y avait eu des victimes.

L’armée ukrainienne a repris la plupart des zones précédemment occupées de la région de Kharkiv, qui comprend la ville du même nom, lors d’une contre-offensive féroce le mois dernier qui a forcé les troupes russes à se retirer et a infligé un coup dur au prestige militaire de Moscou.

Le gouverneur de la région, Oleh Syniehubov, a exhorté les habitants à ne pas ignorer les sirènes des raids aériens et à se rendre dans les abris anti-bombes.

De multiples frappes de missiles russes ont secoué la ville de Zaphorijjia pendant la nuit. La capitale de la région annexée reste aux mains des Ukrainiens et subit des bombardements répétés alors que l’Ukraine poursuit sa contre-offensive vers le sud.

Plusieurs explosions ont été signalées dans la nuit dans des infrastructures, provoquant des incendies, a déclaré le gouverneur régional Oleksandr Starukh. Il a dit à la télévision d’État ukrainienne que les soldats russes restaient incapables d’entrer dans la ville, mais que leurs «missiles nous rappellent le mal et le chagrin que porte l’armée des occupants».

En plus des frappes de missiles sur la capitale régionale, des bombardements ont également eu lieu dans trois villes plus proches de la centrale nucléaire de Zaporijjia. À Nikopol, Marhanets et Chervonohryhorivka, des frappes de drones et d’artillerie ont détruit des bâtiments résidentiels et endommagé des lignes d’approvisionnement en eau et électriques.

La capitale régionale est à environ 160 kilomètres par la route de la centrale nucléaire, la plus grande d’Europe. Il y a deux jours, elle a été contrainte de revenir à l’alimentation par génératrice diesel pour entretenir les systèmes de refroidissement de ses réacteurs après une attaque de missiles russes sur une sous-station électrique éloignée.

M. Poutine a promis de riposter durement si l’Ukraine ou ses alliés frappaient le territoire russe, y compris les régions annexées de l’Ukraine. Des responsables russes ont rapporté vendredi que des bombardements ukrainiens avaient fait exploser un dépôt de munitions dans la région russe de Belgorod, à la frontière avec l’Ukraine.

Un nombre indéterminé de personnes ont été tuées et blessées dans l’incident, selon la commission d’enquête russe. Selon des informations non confirmées des médias, trois officiers de la Garde nationale russe ont été tués et plus de 10 ont été blessés.

L’explosion du pont de Kertch a temporairement interrompu le trafic ferroviaire et routier, sapant une voie d’approvisionnement vitale pour les forces du Kremlin. Le gouvernement russe a déclaré vendredi que les réparations devaient être achevées d’ici juillet 2023.

Vendredi également, un tribunal de Simferopol, la deuxième plus grande ville de Crimée, a officiellement arrêté et placé cinq suspects en détention provisoire en lien avec l’explosion, selon l’agence de presse russe Interfax.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.