La Russie retire certaines de ses troupes de la région de Kharkiv

KYIV, Ukraine — Le ministère russe de la Défense a annoncé samedi qu’il retirait des troupes de deux zones de la région de Kharkiv, dans l’est de l’Ukraine, où une contre-offensive ukrainienne a fait des progrès importants au cours de la semaine dernière.

Cette annonce est survenue après plusieurs jours d’avancées pour les forces ukrainiennes au sud de Kharkiv, la deuxième plus grande ville du pays. Si l’Ukraine parvenait à repousser complètement les troupes russes, cela pourrait devenir son plus grand succès sur le champ de bataille depuis qu’elle a empêché l’armée russe de s’emparer de la capitale de Kyiv au début de l’invasion.

Le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov, a expliqué samedi que les troupes des régions de Balakliia et Izioum seraient regroupées vers la région du Donetsk. Izioum était une base majeure pour les forces russes dans la région de Kharkiv, tandis que plus tôt cette semaine, des vidéos sur les réseaux sociaux montraient des habitants de Balakliia applaudissant alors que les troupes ukrainiennes venaient en renfort.

M. Konashenkov a affirmé que la décision russe a été prise «afin d’atteindre les objectifs de l’opération militaire spéciale de libération du Donbass», l’une des régions de l’est de l’Ukraine que la Russie a déclarée souveraine.

L’annonce du retrait des forces russes pour se concentrer sur Donetsk est similaire à la justification que la Russie avait donnée pour expliquer le retrait de ses forces de la région de Kyiv plus tôt cette année, lorsqu’elles n’ont pas réussi à prendre la capitale ukrainienne.

Plus tôt samedi, des responsables ukrainiens ont revendiqué des gains importants dans une contre-offensive contre les forces russes dans la région de Kharkiv, affirmant que leurs troupes avaient coupé les approvisionnements vitaux à Izioum.

Le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères, Oleg Nikolenko, a également suggéré que les troupes ukrainiennes avaient repris Koupiansk, une ville située le long de la principale route d’approvisionnement vers Izioum. Dans un message publié sur Twitter, M. Nikolenko a partagé une photo montrant des soldats devant ce qu’il a dit être un bâtiment gouvernemental à Koupiansk, à 73 kilomètres au nord d’Izioum.

Plus tôt samedi, le ministère britannique de la Défense a mentionné aux journalistes qu’il pensait que les Ukrainiens avaient progressé jusqu’à 50 kilomètres au sud de Kharkiv. Il a ajouté que les forces russes autour d’Izioum semblaient «de plus en plus isolées».

«Les forces russes ont probablement été prises par surprise. Le secteur n’a été que légèrement tenu et les unités ukrainiennes ont capturé ou encerclé plusieurs villes», a indiqué l’armée britannique, ajoutant que la perte de Koupiansk affecterait considérablement les lignes d’approvisionnement russes.

Vladislav Sokolov, le chef de l’administration locale nommée par la Russie, a confirmé sur les réseaux sociaux que les autorités d’Izioum avaient commencé à évacuer les habitants vers la Russie.

Les combats dans l’est de l’Ukraine surviennent au milieu d’une offensive en cours autour de Kherson, dans le sud du pays. Certains observateurs estiment que la Russie a peut-être pris des soldats de l’est pour se renforcer autour de Kherson, offrant aux Ukrainiens l’opportunité de frapper une ligne de front affaiblie.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.