La Russie se préparerait pour une longue guerre en Ukraine

KYIV, Ukraine — Le nombre de morts après une frappe de missiles russes pendant le week-end sur un immeuble d’appartements dans la ville de Dnipro, dans le sud-est de l’Ukraine, est passé à 40, ont annoncé lundi les autorités, alors que des analystes occidentaux ont souligné des indications selon lesquelles le Kremlin se préparait à une guerre prolongée en Ukraine après près de 11 mois de combats.

Environ 1700 personnes vivaient dans le bâtiment à plusieurs étages, et les équipes de recherche et de sauvetage ont travaillé sans arrêt depuis la frappe de samedi pour localiser les victimes et les survivants dans les décombres. L’administration régionale a annoncé que 39 personnes avaient été secourues jusqu’à présent et que 30 autres étaient toujours portées disparues. Les autorités ont ajouté qu’au moins 75 personnes avaient été blessées.

Le nombre de morts rapporté en fait l’attaque la plus meurtrière contre des civils ukrainiens depuis avant l’été, selon le projet Associated Press-Frontline War Crimes Watch. Les habitants ont assuré que la tour d’appartements n’abritait aucune installation militaire.

Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a qualifié la frappe, et d’autres similaires, d’«agression inhumaine» parce qu’elle visait directement des civils. «Il n’y aura pas d’impunité pour ces crimes», a-t-il prévenu dimanche sur Twitter.

Interrogé lundi sur la frappe, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que l’armée russe ne visait pas les bâtiments résidentiels et a suggéré que le bâtiment Dnipro avait été touché à la suite des actions de défense aérienne ukrainiennes.

La frappe sur le bâtiment s’est produite au milieu d’un barrage plus large de missiles de croisière russes à travers l’Ukraine. L’armée ukrainienne a déclaré dimanche qu’elle n’avait pas les moyens d’intercepter le type de missile russe qui a touché l’immeuble résidentiel de Dnipro.

De violents combats ont continué de faire rage lundi dans la province de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, où des analystes militaires ont indiqué que les deux parties subiraient probablement de lourdes pertes. Aucune vérification indépendante de l’évolution n’a été possible.

Donetsk et la province voisine de Louhansk constituent le Donbass, une vaste région industrielle bordant la Russie que le président russe Vladimir Poutine a identifiée comme une priorité dès le début de la guerre. Les séparatistes soutenus par Moscou y combattent les forces de Kyiv depuis 2014.

Les forces aériennes russes et biélorusses ont commencé lundi un exercice conjoint en Biélorussie, qui borde l’Ukraine et a servi de base pour l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février. Les exercices devraient se poursuivre jusqu’au 1er février, a déclaré le ministère biélorusse de la Défense. La Russie a envoyé des avions de combat en Biélorussie pour les exercices.

L’Institut pour l’étude de la guerre, un groupe de réflexion de Washington, a noté des signes indiquant que le Kremlin prenait des mesures pour transformer son invasion de l’Ukraine en «une guerre conventionnelle majeure» après des mois de revers militaires embarrassants.

Ce que Moscou appelle «une opération militaire spéciale» visait à capturer la capitale ukrainienne, Kyiv, en quelques semaines et à y installer un régime favorable au Kremlin, mais les forces russes se sont finalement retirées des environs de Kyiv, a déclaré le groupe de réflexion. Puis vint une contre-offensive ukrainienne réussie ces derniers mois, avant que le début de l’hiver ne ralentisse les avancées militaires.

«Le Kremlin se prépare probablement à mener une action stratégique décisive dans les six prochains mois destinée à reprendre l’initiative et à mettre fin à la série actuelle de succès opérationnels de l’Ukraine», a écrit dimanche l’Institut pour l’étude de la guerre dans un rapport.

Il a noté des informations indiquant que le commandement militaire russe était en «préparation sérieuse» pour un effort de mobilisation élargi, conservant le personnel mobilisé pour une utilisation future, tout en cherchant à stimuler la production industrielle militaire et à remanier sa structure de commandement.

Cela signifie que les alliés occidentaux de l’Ukraine «devront continuer à soutenir l’Ukraine à long terme», a prévenu le groupe de réflexion.

Les pays membres de l’OTAN ont cherché ces derniers jours à rassurer l’Ukraine sur le maintien du cap. Le Royaume-Uni a promis des chars et le nouvel entraînement au combat élargi de l’armée américaine des forces ukrainiennes a commencé dimanche en Allemagne.

Parmi les autres développements, lundi:

– Les forces russes ont bombardé la ville et la région de Kherson, tuant trois personnes et en blessant 14 autres au cours des dernières 24 heures, a déclaré le gouverneur régional Yaroslav Yanushevych. Dans la ville de Kherson, les bombardements ont endommagé un hôpital, un centre pour enfants handicapés, un chantier naval, des infrastructures essentielles et des immeubles d’habitation.

– Les forces russes ont frappé la ville de Zaporijjia, endommageant les infrastructures industrielles et blessant cinq personnes, dont deux enfants, a rapporté le chef adjoint du bureau présidentiel ukrainien, Kyrylo Tymoshenko.

– Les défenses aériennes russes ont abattu sept drones lundi au-dessus de la mer Noire près du port de Sébastopol en Crimée annexée, a rapporté Mikhail Razvozhayev, le chef installé par la Russie à Sébastopol.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.