La saisie de casiers de pêche autochtones risque d’envenimer le conflit en N.-É.

HALIFAX — Le chef d’une nation autochtone au centre d’un différend sur la pêche au homard en Nouvelle-Écosse affirme que la récente saisie de casiers dans la baie Sainte-Marie par des agents fédéraux pourrait entraîner des problèmes la semaine prochaine.

Le chef Mike Sack, de la première nation Sipekne’katik, a déclaré que les pêcheurs autochtones qui ont perdu des casiers la fin de semaine dernière et mercredi les remplaceront en prenant les casiers des pêcheurs commerciaux lorsque la saison de pêche officielle s’ouvrira lundi dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse.

M. Sack estime que les saisies effectuées par les agents du ministère des Pêches ont miné les négociations avec Ottawa visant à établir les termes d’une «pêche de subsistance modérée» en dehors de la saison sous réglementation fédérale pour les nations autochtones.

Un porte-parole de Pêches et Océans Canada a indiqué jeudi qu’environ 500 casiers avaient été retirés de l’eau le week-end dernier, et il a confirmé que certains d’entre eux relevaient de la pêche de subsistance modérée.

Todd Somerville, directeur de la conservation et de la protection, a souligné que le statut de la pêche autochtone hors saison faisait toujours l’objet de discussions avec le gouvernement fédéral, mais il a clairement indiqué que les agents considèrent actuellement cette pêche comme une entreprise illégale et non autorisée.

L’ouverture de la saison d’automne, lundi, marque le début de la pêche au homard la plus importante et la plus lucrative du Canada.

Laisser un commentaire