La santé aérobique améliore la cognition de tous, même des plus jeunes

MONTRÉAL — Même les jeunes adultes et ceux d’âge moyen peuvent améliorer leur santé cognitive avec des exercices d’aérobie, selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’université Columbia.

L’étude menée auprès de 132 adultes âgés de 20 à 67 ans a constaté que des exercices d’aérobie amélioraient des processus cognitifs essentiels au raisonnement, à la planification et à la résolution de problèmes. Cet impact positif a été mesuré chez des participants âgés de seulement 20 ans, mais plus ils étaient âgés, plus l’effet était important.

Les exercices d’aérobie pourraient donc être en mesure de ralentir, voire d’empêcher, l’apparition de certains problèmes cognitifs associés au vieillissement.

La santé aérobique de tous les participants était inférieure à la moyenne au début de l’étude. Les chercheurs Yaakov Stern et Richard Sloan les ont divisés en deux groupes: un groupe qui a suivi un programme d’entraînement aérobique et un groupe qui a suivi un programme d’étirements et de renforcement du tronc.

Tous les participants se sont entraînés à un gymnase local quatre fois par semaine pendant six mois. Les membres du premier groupe pouvaient choisir l’exercice aérobique qui leur plaisait, pourvu qu’ils atteignent le rythme cardiaque ciblé.

La fonction exécutive, la vitesse de traitement de l’information, le langage, la concentration et la mémoire épisodique des sujets ont été mesurés au début de l’étude, après 12 semaines et après 24 semaines.

Après 24 semaines, les chercheurs ont constaté une amélioration importante de la fonction exécutive de tous les membres du groupe aérobique, mais plus le sujet était âgé, plus l’amélioration était grande. En d’autres mots, a dit le docteur Stern, un sujet du groupe aérobie âgé de 40 ans obtenait des résultats dix ans plus jeunes que son âge, et 20 ans plus jeunes s’il avait 60 ans.

La fonction exécutive culmine habituellement vers l’âge de 30 ans, a ajouté le docteur Stern. La fonction exécutive englobe la capacité d’un individu à contrôler son comportement, à se concentrer, à s’organiser et à atteindre ses objectifs.

Les exercices d’aérobie n’ont toutefois eu aucun impact sur la vitesse de traitement de l’information, le langage, la concentration et la mémoire épisodique. Des études antérieures témoignaient en revanche d’améliorations dans ces secteurs chez les adultes de 55 ans et plus.

Une imagerie du cerveau a enfin constaté que les exercices d’aérobie ont été associés à une augmentation de la matière grise dans une région du cerveau liée à la fonction exécutive.

Les conclusions de cette étude sont publiées par le journal médical «Neurology».