La santé publique du Canada trouve bien rapide l’approbation d’un vaccin russe

OTTAWA — La docteure Theresa Tam affirme que le Canada ne fera pas de compromis dans le processus d’approbation d’un éventuel vaccin contre la COVID-19.

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada a assuré mardi qu’elle faisait pleinement confiance au processus d’approbation de Santé Canada.

La docteure Tam fait toujours preuve d’un optimisme prudent quant à l’approbation prochaine d’un vaccin, mais elle rappelle que la sécurité de la population ne sera jamais compromise pour accélérer le processus.

La Russie soutient qu’elle a approuvé mardi le tout premier vaccin contre la COVID-19 à être mis au point dans le monde.

L’adjoint de Mme Tam à la santé publique, le docteur Howard Njoo, trouve «un peu surprenant» que le produit russe soit passé aussi rapidement de la phase découverte à la phase approbation.

«On sait que pour les essais (cliniques) de phase 3, ça prend des dizaines de milliers de personnes, a-t-il rappelé mardi. Il faut analyser les résultats après beaucoup de mois, avec beaucoup de personnes vaccinées.»

Le docteur Njoo souligne par ailleurs le peu d’informations actuellement disponibles sur l’innocuité ou l’efficacité du vaccin russe, ou sur le nombre de personnes impliquées dans les essais cliniques. «C’est très important pour les experts, à l’extérieur de la Russie, d’analyser les données pour avoir une meilleure idée de ce qui s’est passé», a-t-il dit.

Laisser un commentaire
Les plus populaires