La sécheresse aurait tué des centaines d’animaux au Kenya

NAIROBI, Kenya — Des centaines d’animaux, y compris des éléphants et des zèbres de Grévy menacés, sont morts dans des réserves naturelles kényanes, alors que l’est de l’Afrique est balayé par la pire sécheresse des dernières décennies, prévient un rapport publié vendredi.

Le Service de la faune du Kenya et d’autres organisations ont recensé la mort de 205 éléphants, 512 gnous, 381 zèbres communs, 51 buffles, 49 zèbres de Grévy et 12 girafes au cours des douze derniers mois, selon le rapport.

Des secteurs du Kenya en sont à leur quatrième saison consécutive de précipitations insuffisantes depuis deux ans, ce qui a des répercussions graves pour les humains et les animaux, y compris le bétail.

Certains des secteurs les plus durement touchés comptent aussi parmi les plus populaires auprès des touristes, notamment les écosystèmes d’Amboseli, de Tsavo et de Laikipia-Samburu, selon les auteurs du rapport. Ces derniers réclament un recensement aérien d’urgence de la faune de l’Amboseli pour une meilleure mesure de l’impact de la sécheresse sur les animaux sauvages à cet endroit.

D’autres experts recommandent l’envoi immédiat d’eau et de pierres à lécher dans les régions touchées. Les éléphants, par exemple, boivent 240 litres d’eau par jour, selon Jim Justus Nyamu, le patron du Elephant Neighbors Center. 

Les experts recommandent aussi de fournir plus de foin aux zèbres de Grévy.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.