La seule néo-démocrate du Saguenay–Lac-Saint-Jean lutte pour garder sa place

QUÉBEC — Par une récente journée de campagne, Karine Trudel a rencontré les Chevaliers de Colomb et est allée à la Course des zombies, une activité de financement pour une fondation jeunesse.

Voilà un échantillon des journées de campagne de la seule députée néo-démocrate (NPD) du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Elle se définit comme une «députée de proximité».

«J’ose espérer que les citoyens vont reconnaître tout le travail que j’ai effectué», a-t-elle confié, dans une entrevue avec La Presse canadienne.

Alors que son chef Jagmeet Singh se bat pour conserver ce qui reste de la «vague orange» de 2011 au Québec, la députée de Jonquière déplore que la campagne telle qu’elle est rapportée soit moins axée sur la «réalité terrain».

«C’est beaucoup axé sur les chefs. Les chefs sont une figure, ils apportent des éléments, mais qui amène de l’eau au moulin? Ce sont les députés, c’est pour ça que je tenais à me démarquer.»

Elle a ainsi fait inscrire son propre slogan sur ses affiches: «Votre voix.» Son visage y figure, mais pas celui de son chef.

«Mme Trudel fait une super belle job, mais les sondages ont beaucoup d’influence sur la population, après, ça part sur une « chire »», a affirmé Alain Gagnon, président du puissant Syndicat national des employés de l’aluminium d’Arvida, avec ses 1500 membres.

Il représente les travailleurs des usines de Rio Tinto, autrefois Alcan, le géant de l’aluminium, un des piliers de l’économie régionale. 

Le syndicat est apolitique, à la demande de ses membres, mais ils comprennent tous que leur organisation préfère les partis favorables aux travailleurs: «Entre le cancer et la grippe, on choisit la grippe», a imagé le dirigeant syndical.

Dans la circonscription voisine de Chicoutimi-Le Fjord, M. Gagnon prédit une «course à un», une victoire du député conservateur sortant, Richard Martel, bien connu pour avoir été l’ancien entraîneur de l’équipe locale de hockey junior majeur.

Mais pour la circonscription de Jonquière, «c’est très embêtant», dans cette région traditionnellement très nationaliste. La région a déjà été à 100 pour cent acquise au Parti québécois (PQ) et au Bloc québécois (BQ).

«Je continue d’y croire», dit Mme Trudel, qui bataille notamment sur l’enjeu du Centre fiscal fédéral de Jonquière.

Selon elle, ses 1000 emplois et 40 millions $ de masse salariale sont menacés, car le Bloc et le Parti conservateur (PCC) ont dit oui à la revendication du gouvernement Legault pour une déclaration de revenus unique confiée au Québec.

Le lieutenant québécois du NPD, Alexandre Boulerice, a déjà dit qu’il était ouvert à l’idée, mais le chef M. Singh a refermé la porte.

«Ça va prendre un député libéral pour s’assurer que le Centre fiscal reste ouvert, ça prend un député qui va être au gouvernement», a pour sa part plaidé le candidat libéral Vincent Garneau.

Originaire de la région, il a toutefois été accusé d’être parachuté dans la circonscription, lui qui était chef de cabinet de la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland.

«J’ai travaillé à Ottawa, je connais bien comment Ottawa fonctionne», a-t-il plaidé, en ajoutant qu’il avait travaillé sur des dossiers qui ont touché la région, comme les tarifs sur l’aluminium, ainsi que la foresterie.

Coïncidence, la néo-démocrate et le libéral avaient donné rendez-vous au journaliste au même café, rue Principale, où plusieurs affiches témoignaient de la lutte électorale.

«Les signes à Francis»

À deux pas de là, le député provincial de Jonquière, le péquiste Sylvain Gaudreault, prépare le candidat bloquiste Mario Simard pour un débat régional à venir.

Ils veulent cibler le candidat conservateur Richard Martel, qui a fait une gaffe en suggérant que la proposition de «corridor énergétique» de son chef Andrew Scheer pourrait être jumelée au projet controversé de gazoduc et d’usine de gaz liquéfié de GNL-Saguenay.

«Ça va être quoi votre choix, M. Martel, l’Alberta ou le Saguenay?» veut demander M. Simard.

Il dit sentir le regain du Bloc sur le terrain, notamment avec les «signes à Francis», du nom de l’ancien député péquiste Francis Dufour, qui avait ses propres indices pour mesurer si la campagne est gagnée ou non. Sylvain Gaudreault les a énumérés.

«Est-ce que les gens te font des clins d’oeil? Est-ce que les gens vont vers toi? Est-ce que tu reçois des « petits secrets »: quelqu’un qui se lève d’une table pour te confier à l’oreille qu’il va voter pour toi? Si oui, c’est fait, tu vas gagner.»

Pierre Lavoie et Andrew Scheer

Et que confient les électeurs au candidat conservateur Philippe Gagnon quand il fait son porte-à-porte dans la circonscription de Jonquière?

«Le développement économique, les projets. Et aussi: tout sauf Trudeau», a-t-il relaté en entrevue téléphonique.

«À tout moment, on me parle du Bloc et de Karine Trudel, parce qu’elle fait un bon travail», a-t-il ajouté.

Ce médaillé paralympique en natation, comptable de formation, porte la bannière conservatrice parce que ce parti soutient trois projets économiques: GNL-Québec, Ariane Phosphate et l’usine de métaux BlackRock.

Et l’enjeu des 1000 emplois du Centre fiscal? Le candidat conservateur dit ne pas avoir été beaucoup interpellé parce que «les gens nous font confiance».

Philippe Gagnon a su qu’un jour il allait faire de la politique en travaillant pour le Défi Pierre Lavoie. C’est là qu’il a vu comment «un projet mobilisateur et une personnalité» peuvent faire toute une différence.

Il voit des similitudes avec la campagne actuelle. Ce projet mobilisateur, c’est le Parti conservateur qui l’a, et cette personnalité, c’est Andrew Scheer, croit-il.

 

***

Les autres candidats dans Jonquière:

– Lyne Bourdages, Parti vert du Canada

– Sylvie Théodore, Parti populaire du Canada

 

***

Jonquière

Député sortant : Karine Trudel, NPD

Population : 89 818

Élections 2015 : NPD (29,2), PLC (28,4), Bloc (23,3), PCC (16,9), Vert (1,4)

 

***

Les enjeux au Saguenay–Lac-Saint-Jean

 

Rio Tinto

Le géant de l’aluminium, anciennement Alcan, qui exploite plusieurs usines dans la région et son propre réseau de centrales hydroélectriques.

AP60: une des phases d’agrandissement de Rio Tinto que le Syndicat national des employés de l’aluminium d’Arvida souhaite voir aboutir notamment grâce à l’appui des partis et du nouveau gouvernement.

 

GNL-Québec

Un projet controversé d’usine de liquéfaction de gaz naturel destiné à l’exportation. Le gaz serait acheminé par un long gazoduc en provenance de l’Ontario et l’ouest du Canada.

 

Arianne Phosphate

Important projet de mine de phosphate, évalué à plus d’un milliard de dollars, destiné à exporter des fertilisants notamment vers la Chine.

 

Métaux BlackRock

Projet de mine de ferrovanadium et d’usine de transformation de plus d’un milliard de dollars. La mine est dans le secteur de Chibougamau et le projet d’usine à Grande-Anse, à Saguenay.

 

Foresterie

Les États-Unis ont imposé des droits de douane sur le bois d’oeuvre en provenance du Canada.

 

Agriculture

Les producteurs laitiers du Saguenay–Lac-Saint-Jean s’étaient opposés à la hausse sans droits de douane des importations des fromages en provenance de l’Union européenne, conclue dans l’Accord économique et commercial global. Le gouvernement Trudeau a convenu d’indemniser les agriculteurs à hauteur de 1,75 milliard $.

Les plus populaires