« C’est encore sous contrôle » dans les écoles, selon François Legault

Les 200 élèves qui sont présentement en isolement préventif est la preuve que le concept de bulles-classes fonctionne, a affirmé le premier ministre.

SAINT-RAYMOND, Qc — La situation dans les écoles du Québec est toujours sous contrôle, estime le premier ministre François Legault.

« Mais on est prudent », s’est-il empressé d’ajouter lors d’un point de presse, jeudi, à Saint-Raymond, près de Québec.

M. Legault a dit constater une augmentation des cas de COVID-19 dans la province depuis deux semaines, notamment dans la capitale nationale.

Ce sont près de 200 élèves de sept écoles primaires et secondaires de Québec qui ont été mis en isolement préventif depuis la rentrée.

M. Legault a tenté de se faire rassurant jeudi, en déclarant que cela était la preuve que le concept de bulles-classes fonctionnait.

« Les éclosions qu’on voit dans certaines classes confirment qu’on a eu la bonne approche d’avoir des bulles par classes et non pas par écoles, comme ça on a juste à fermer une classe », a-t-il déclaré.

« On s’attendait à ce qu’il y ait quand même des cas dans les écoles. Pour l’instant, on peut dire que c’est encore sous contrôle », a-t-il ajouté.

Le premier ministre a affirmé que s’il devait prendre la décision aujourd’hui de redémarrer les programmes de sports-études et les activités parascolaires, il le ferait, « même avec le niveau de cas ».

La reprise de ces activités est prévue le 14 septembre.

Les données sur les écoles s’en viennent

Par ailleurs, les données officielles sur les éclosions en milieux scolaires seront rendues publiques dans quelques jours, a assuré le premier ministre.

Il a invité les Québécois à être patients.

Mardi, interrogé par La Presse Canadienne, le ministère de la Santé a reconnu n’avoir encore diffusé aucune donnée officielle sur les cas de COVID-19 dans les écoles.

Ce manque d’informations a d’ailleurs poussé Olivier Drouin, un père de Montréal, à créer un site internet qui recense les établissements scolaires où ont eu lieu des éclosions.

L’homme, qui a deux filles qui fréquentent l’école secondaire, a déclaré avoir créé ce site parce que les parents ont besoin d’information, afin d’évaluer si certaines mesures de protection devraient être revues.

Legault n’exclut pas de fermer les karaokés

Certains des cas de COVID-19 dans les écoles de Québec sont directement liés à la soirée karaoké du 23 août dernier au bar Kirouac, a confirmé mercredi le CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Questionné à savoir s’il fallait interdire les activités de karaoké dans les bars, François Legault a répondu qu’il n’y songeait pas pour le moment, mais qu’il ne fallait pas exclure cette possibilité.

« Évidemment, moi ce que je demande, c’est […] de suivre [les consignes] parce qu’il y aura des conséquences. Mais on n’est pas à l’étape de dire: « On va tout fermer les karaokés ou les bars ». »

Il promet en revanche de discuter avec sa ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, des moyens additionnels à prendre pour que les personnes porteuses du virus s’isolent.

Dans le cas du Kirouac, des clients contaminés avaient continué leur tournée des bars du quartier Saint-Sauveur. Le CIUSSS avait entre autres dû forcer une personne à s’isoler à coup d’ordonnance.

Reconfinement par régions

Le nombre de nouvelles infections à la COVID-19 a bondi entre mercredi et jeudi au Québec. Ce sont 187 nouveaux cas qui ont été annoncés jeudi, pour un total de 62 933.

Si la situation devait se dégrader, le premier ministre Legault n’exclut pas de reconfiner les Québécois par régions ou même par sous-régions.

« On s’approche d’un seuil qui est peut-être critique, a-t-il expliqué. On va faire des tests de façon beaucoup plus importante pour identifier exactement le territoire où il y a des éclosions. »

Laisser un commentaire
Les plus populaires