La situation dans les écoles se détériore, 1174 classes sont fermées, dit Legault

QUÉBEC — La situation dans les écoles se détériore, prévient François Legault, qui évalue la possibilité de prolonger les vacances de Noël pour tenter de ralentir la propagation de la COVID-19.

En conférence de presse jeudi à l’Assemblée nationale, le premier ministre s’est dit particulièrement inquiet de la hausse du nombre de cas dans les écoles, alors que 1174 classes sont fermées.

«Depuis deux jours, on a fermé 324 classes de plus, a-t-il souligné. Il y a une situation là qui est inquiétante.»

Rien n’est décidé, mais si ce scénario se concrétise, l’année scolaire pourrait être prolongée en juin et même en juillet, a indiqué M. Legault, qui en parlera avec les syndicats d’enseignants. 

Le Québec a rapporté jeudi 42 nouveaux décès et 1365 cas supplémentaires. Les écoles affichent le taux de propagation le plus élevé après les milieux de travail.

Or selon M. Legault, rien n’indique que les cas dans les écoles sont attribuables à une mauvaise ventilation.

Le gouvernement subit depuis des jours la pression des partis d’opposition, qui réclament l’installation sur-le-champ de purificateurs d’air portables et de détecteurs de CO2 dans les salles de classe.

«Pour être bien clair, la santé publique ne nous a pas dit: « Ça prend une évaluation de la qualité de l’air dans chaque classe » ou « ça prend un purificateur dans chaque école ». 

«On n’a pas eu ces recommandations-là», a précisé le premier ministre, qui était accompagné de son ministre de la Santé, Christian Dubé, et du directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda.

Arruda a demandé un «coach de communications»

D’ailleurs, le Dr Arruda a révélé jeudi avoir lui-même demandé l’aide d’un coach de communications pour peaufiner ses messages.

C’est l’ancien stratège péquiste Éric Gamache qui a été embauché. Son contrat s’étendra sur trois mois, pour une valeur maximale de 61 000 $.

Son mandat est «d’appuyer le Dr Arruda dans la livraison adéquate des messages de santé publique», selon le ministère de la Santé, qui compte déjà dans ses rangs plusieurs experts de la communication.

Malheureusement, ces experts sont «hyper surchargés» en ce moment, selon le directeur national de santé publique, qui fera donc appel à un expert de l’extérieur à grands frais pour les contribuables.

«C’est de m’assurer que je donne une bonne prestation», a expliqué Horacio Arruda, qui n’y voit par ailleurs aucune atteinte à son indépendance. «C’est tout à fait normal», a renchéri M. Legault.

Québec se compare aux autres provinces… quand cela lui convient

Par ailleurs, jeudi, le jeu des comparaisons s’est poursuivi à l’Assemblée nationale. 

Le gouvernement Legault a accepté de se comparer au reste du Canada sur l’aide aux entreprises, mais a refusé de le faire au sujet de la pandémie.

Le Québec compte à présent 45 % des cas de COVID-19 au pays, soit 117 000 des 273 000 cas, s’est alarmée la cheffe de l’opposition officielle, Dominique Anglade.

Elle a demandé au premier ministre de reconnaître que le Québec fait encore une fois piètre figure parmi les provinces.

Mais François Legault a de nouveau tenu à comparer le bilan du Québec à celui, beaucoup plus lourd, des pays européens et des États-Unis.

«Depuis le début de la deuxième vague, il y a deux fois plus, toutes proportions gardées, de décès aux États-Unis, deux fois plus en France, trois fois en Espagne, quatre fois plus en Belgique», a-t-il déclaré.

«Il n’y a pas seulement le Canada. Il faut regarder l’ensemble de la planète», a-t-il ajouté, invitant du même coup Mme Anglade à «ouvrir ses horizons».

Or, quelques minutes plus tard, la ministre déléguée à l’Économie s’est amusée à comparer — à trois reprises — les programmes d’aide aux entreprises des provinces. 

Le Québec est la province au Canada qui offre le plus de programmes, a soutenu Marie-Ève Proulx, qui affirme que son gouvernement a déboursé plus de 3 milliards $ en soutien aux entreprises.

«Il n’y a pas une autre province au Canada qui fait ça», a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire