La situation reste précaire à l’urgence de Maisonneuve-Rosemont, dit le CIUSSS

MONTRÉAL — L’urgence de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont a peut-être été fermée seulement une nuit, plus tôt cette semaine, mais trois jours plus tard, la situation «demeure précaire», selon le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

«Nous sommes dans une situation de gestion d’heure en heure qui demeure difficile compte tenu des effectifs disponibles présentement», a reconnu le président-directeur général du CIUSSS de l’Est-de-l’Île, Jean-François Fortin Verreault, dans un communiqué publié jeudi soir.

En raison de cette situation, le CIUSSS recommande aux personnes qui ne sont pas aux prises avec une réelle urgence de privilégier d’autres voies d’accès au réseau de la santé, comme leur médecin de famille, si elles en ont un. Les cliniques sans rendez-vous et la ligne 8-1-1 sont aussi des options disponibles.

Selon le CIUSSS, près de 60 patients se présentent chaque jour à l’urgence de Maisonneuve-Rosemont avec des problèmes de santé «qui pourraient être traités ailleurs». À l’Hôpital Santa Cabrini, aussi situé dans l’est de Montréal, quelque 25 personnes se présentent à l’urgence quotidiennement avec un problème jugé non prioritaire.

La crise à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont a atteint son point culminant lundi soir, lorsque l’urgence a dû être fermée pendant toute la nuit suivante parce que des infirmières refusaient de travailler. Celles-ci manifestaient pour dénoncer les pratiques de gestion de la direction, notamment concernant le recours au temps supplémentaire obligatoire.

Mardi, le ministre de la Santé, Christian Dubé, est intervenu dans le dossier et a fait appel à un conseiller externe pour tenter d’améliorer les relations entre les infirmières et la direction. Une cheffe d’unité, dont la démission était réclamée par une centaine d’infirmières, a également été mutée et «ne sera plus en relation directe avec l’équipe, pour que tout le monde puisse y trouver son compte», avait confirmé M. Fortin Verreault.

Volontaires à la rescousse

Depuis le début de la crise, plusieurs infirmières se sont portées volontaires afin de venir prêter main-forte à Maisonneuve-Rosemont, geste que le CIUSSS a salué dans son communiqué.

«Nous confirmons que nous prendrons toute l’aide qui nous sera offerte de la part du personnel soignant d’expérience disponible, c’est-à-dire des infirmières, infirmières auxiliaires et préposés aux bénéficiaires», a écrit la direction du CIUSSS.

Une adresse courriel a notamment été mise en place pour les professionnels de la santé qui souhaiteraient aller aider les équipes de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR).

«La situation reste difficile à HMR. J’invite les volontaires à prêter main-forte et les patients avec (un) problème moins urgent à utiliser les options comme le 8-1-1. Merci aux hôpitaux avoisinants pour leur collaboration. On suit l’évolution avec les gens du terrain», a assuré le ministre Dubé sur Twitter, jeudi soir.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.