La Société canadienne du cancer espère plus d’argent pour les soins palliatifs

OTTAWA – Dans la foulée du débat sur l’aide médicale à mourir, la Société canadienne du cancer soutient que le gouvernement fédéral doit aussi absolument investir dans les soins palliatifs.

Selon l’organisme d’aide aux malades, le budget que déposeront les libéraux mardi devrait prévoir des sommes pour combler de façon pressante les failles béantes dans tout le système des soins de fin de vie.

La Société canadienne du cancer estime qu’à la suite de l’arrêt Carter de la Cour suprême, qui invalidait les dispositions du Code criminel interdisant l’aide médicale à mourir, les Canadiens se sont aperçus que des malades passaient parfois entre les mailles du système de soins de santé. L’organisme croit que l’on doit maintenant améliorer toute cette approche fragmentée dans les soins de fin de vie.

Le député néo-démocrate Charlie Angus estime aussi que le gouvernement fédéral, qui s’apprête à légiférer sur l’aide médicale à mourir, doit profiter de cette occasion pour mettre l’accent sur les soins palliatifs.

Pendant la campagne électorale, les libéraux avaient promis de consacrer 3 milliards $ en quatre ans pour accroître l’accès aux soins à domicile — et notamment aux soins palliatifs.

Dans son rapport remis aux ministres fédérales de la Santé et de la Justice, le comité consultatif mis sur pied par Ottawa après l’arrêt Carter avait aussi insisté sur la nécessité de se doter de soins palliatifs adéquats, afin d’augmenter l’offre de scénarios que pourront envisager les malades à la fin de leur vie.