La SQ assurera une présence accrue dans les lieux de villégiature

MONTRÉAL — La Sûreté du Québec affirme qu’elle assurera une présence accrue à certains endroits névralgiques durant la semaine de relâche, ce qui inclut les lieux de villégiature et les lieux publics extérieurs.

Le corps policier dit avoir adapté ses interventions policières pour la période du 26 février au 7 mars en réponse aux nouvelles directives gouvernementales pour contrer la propagation de la COVID-19.

Le gouvernement du Québec a joué de prudence, n’assouplissant que légèrement les restrictions liées à la COVID-19 durant la semaine de relâche.

En ce qui a trait aux rassemblements extérieurs, le nombre de personnes permis passe de quatre à huit, quand il s’agit de personnes n’habitant pas à la même adresse.

Les sports intérieurs (piscines, arénas) sont réservés à la pratique individuelle, aux familles ou à deux.

Affirmant qu’il pourrait y avoir un «achalandage supérieur dans les sentiers récréotouristiques», la SQ a indiqué que les policiers poursuivront leurs opérations policières afin de veiller à la sécurité et au respect des différentes réglementations en vigueur.

La SQ a aussi indiqué qu’une attention particulière serait portée aux rassemblements dans les résidences privées.

La SQ a confirmé qu’il n’y aurait pas de contrôles routiers entre les régions relativement aux mesures liées à la COVID-19.

Québec a renoncé à ériger des barrages routiers durant la semaine de relâche, un scénario qui avait été envisagé.

Les déplacements interrégionaux demeurent «fortement déconseillés» dans les prochaines semaines, mais ils ne sont pas interdits.

La grande majorité des régions du Québec sont situées en zone rouge, regroupant 90 % de la population, incluant Montréal et Québec.

La location de chalets visant à accueillir des personnes résidant à différentes adresses est formellement interdite.

Laisser un commentaire