La SQ n’a jamais reçu de plainte sur une affaire de trafic d’enfant

MONTRÉAL — La Sûreté du Québec n’a jamais entendu parler d’un bébé qui aurait été vendu à un couple québécois par une Française alors qu’elle était enceinte.

Le quotidien La Presse faisait état vendredi d’un jugement rendu par la Cour du Québec en juin dernier. La Chambre de la jeunesse à Longueuil devait alors se pencher sur le cas d’un couple de la Montérégie qui aurait conclu une entente avec une jeune femme pour adopter son enfant à naître.

La Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) a été alertée lorsque la mère, arrivée au Québec en octobre 2016 pour accoucher, aurait refusé de s’occuper du bébé, alors que le couple de Québécois en prenait grand soin, «jour et nuit».

Selon le jugement du tribunal, une plainte pour trafic d’enfant aurait été déposée contre le couple à la Sûreté du Québec.

Or, la porte-parole Ingrid Asselin a indiqué vendredi que la SQ n’avait reçu aucune plainte à ce sujet.

Le jugement précise que le petit garçon a été confié à une famille d’accueil, alors que la mère est retournée en France. On soutient aussi que la mère aurait conclu dans son pays une entente semblable, contre une forte somme.

La DPJ refuse de commenter les cas particuliers, pour protéger la vie privée des personnes impliquées.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie