La Suède met fin à l’enquête pour viol contre Julian Assange

STOCKHOLM — Une procureure suédoise a annoncé la fin de l’enquête pour viol impliquant le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, actuellement emprisonné en Grande-Bretagne.

La procureure générale adjointe, Eva-Marie Persson, a pris la parole mardi pour faire le point sur le dossier.

En juin, un tribunal suédois avait décidé que Julian Assange ne devait pas être détenu, c’est-à-dire que même si l’enquête préliminaire en Suède ne devait pas être abandonnée, le fondateur de WikiLeaks ne serait pas extradé et pourrait être interrogé en Grande-Bretagne.

Deux mois plus tôt, Julian Assange avait été expulsé de l’ambassade de l’Équateur à Londres, où il se réfugiait depuis 2012. Il a été immédiatement arrêté et purge actuellement une peine de 50 semaines de prison en Grande-Bretagne pour avoir violé ses conditions de remise en liberté en 2012.

Il lutte également contre une possible extradition vers les États-Unis, qui l’accusent d’avoir publié des documents secrets.