La tempête de la fin décembre a coûté 55 millions $ à Hydro Québec

MONTRÉAL — Il n’y a pas que la neige qui soit tombée en abondance lors de la tempête hivernale de Noël: la facture d’Hydro-Québec, dont des employés ont travaillé d’arrache-pied pendant des jours afin de rétablir le courant auprès des centaines de milliers de clients touchés par diverses pannes, s’élève à plus de 55 millions $, a révélé jeudi la société d’État.

Entre le 23 décembre en matinée et le 25 décembre, 7529 pannes d’électricité ont été causées à travers la province par «une tempête d’une rare intensité caractérisée par des vents très violents». 

Un total de 640 000 clients d’Hydro-Québec ont été affectés par les pannes; au plus fort de la tempête, en début de nuit le 24 décembre, quelque 380 700 foyers étaient privés d’électricité. Dans les 63 heures suivant l’interruption du service, 85 % de la clientèle avait été rebranchée, notamment grâce au travail acharné des 1200 travailleurs déployés sur le terrain pendant une semaine. Le 27 décembre, soit 93 heures après le point culminant de la tempête, 95 % des foyers avaient retrouvé le courant.

Les travailleurs d’Hydro-Québec ont remplacé plus de 500 poteaux et plus de 530 transformateurs. Les monteurs et monteuses de ligne ont travaillé l’équivalent de 160 000 heures et installé quelque 63 kilomètres de fils électriques. La vaste étendue du territoire touché, la durée prolongée des intempéries et l’accès difficile à certaines zones d’intervention, atteignables en motoneige ou en raquettes, leur ont compliqué la tâche.

D’autres employés de bureau, responsable de la logistique, de l’administration et des communications, sont aussi venus en renfort pour coordonner les opérations.

Bon nombre de ces travailleurs ont reporté volontairement leurs congés des Fêtes pour prêter main-forte à leurs collègues, et ce, «dans de rudes conditions météorologiques», souligne la société d’État qui a remercié son personnel dans un communiqué.

«La période des Fêtes est sans aucun doute un des pires moments de l’année pour être privé d’électricité. Nous en avons conscience et c’est pourquoi nous avons retroussé nos manches et travaillé sans relâche jusqu’à ce que tous les foyers soient rebranchés. Nos monteurs et monteuses de ligne ont répondu présents et présentes encore une fois, n’hésitant pas à se rendre disponibles volontairement pendant la période des Fêtes, sachant que notre clientèle avait besoin d’eux et d’elles. Je tiens à remercier nos clients et clientes pour leur patience et leur compréhension», a déclaré la présidente-directrice générale d’Hydro-Québec, Sophie Brochu.

Ces dizaines de milliers d’heures supplémentaires de travail auront toutefois pour effet de reporter des travaux prévus dans le réseau, et ce, pour les prochaines semaines.

La végétation en cause

Selon Cendrix Bouchard, du service de relations de presse d’Hydro-Québec, la stabilité et la solidité du réseau hydroélectrique n’est pas en cause.

«On a eu beaucoup d’arbres matures qui se sont abattus sur nos infrastructures en raison des grands vents et des conditions météorologiques difficiles, a-t-il expliqué. C’est une tempête qui a causé beaucoup de dommages.»

M. Bouchard a également souligné qu’en parallèle aux travaux de réparation du réseau, les travailleurs ont accordé une attention particulière à la végétation environnante, dans les zones les plus touchées.

Bon an mal an, Hydro-Québec oeuvre aussi à couper les branches susceptibles de tomber sur des fils électriques. Les investissements en la matière ont été doublés au cours des dernières années pour atteindre 100 millions $ en 2022.

Deuxième événement majeur

La tempête hivernale est le deuxième événement majeur à avoir monopolisé une grande quantité de ressources chez Hydro-Québec en 2022. 

Le derecho ayant frappé la région des Laurentides en mai dernier a lui aussi entraîné une facture salée de 70 millions $.

———

Cette dépêche a été rédigée avec l’aide financière de la Bourse de Meta et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.