La tempête tropicale Eta frappe la Floride et pourrait devenir un ouragan

LA HAVANE — Dimanche soir, la tempête tropicale Eta s’est intensifiée sur l’île de Matecumbe Key en Floride, quelques jours après avoir fait des dizaines de morts et plus de 100 disparus au Mexique et en Amérique centrale.

Le Centre national américain des ouragans à Miami a émis des avertissements d’ouragan et d’ondes de tempête pour les Keys, de Ocean Reef à Dry Tortugas, en passant par la baie de Floride.

Les autorités floridiennes ont fermé les plages, les ports et les sites de dépistage de la COVID-19. Ils ont également fermé les transports en commun et ont exhorté les résidents à ne pas sortir. Plusieurs abris ont également ouvert à Miami et dans les Keys de Floride pour les résidents des maisons mobiles et des zones basses. Le comté de Broward a également fermé les écoles lundi et Miami semblait sur le point de faire de même.

Dimanche soir, les autorités de Lauderhill, en Floride, ont répondu à un rapport faisant état d’une voiture qui avait pénétré dans un canal. Des photos prises par les pompiers sur les lieux à environ 48 kilomètres au nord de Miami ont montré des premiers répondants faire des recherches dans ce qui semblait être une zone inondée près d’un stationnement.

Les pompiers ont retiré une personne d’une voiture et transporté le patient dans un hôpital dans un état critique, selon un communiqué du responsable de l’information publique de Lauderhill Fire. Les premiers répondants continuaient à rechercher des personnes.

Eta avait des vents maximums soutenus de 100 km / h dimanche soir et son épicentre était à environ 45 kilomètres à l’est-nord-est de Marathon, en Floride, et à 115 kilomètres à l’est-nord-est de Key West. Il se déplaçait à 22 km / h.

La tempête a inondé les zones côtières de Cuba, où 25 000 personnes avaient été évacuées. Mais aucun décès n’a été signalé.

Eta a frappé plus tôt Cuba alors que les premiers répondants au Guatemala creusaient encore pour tenter de trouver des personnes que l’on croyait ensevelies par un glissement de terrain massif alimenté par la pluie. Dimanche, les autorités ont déclaré que le nombre de morts connu passait de 15 à 27 et ont précisé que plus de 100 personnes étaient portées disparues au Guatemala, dont beaucoup dans le glissement de terrain à San Cristobal Verapaz.

Quelque 60 000 personnes ont été évacuées au Guatemala.

Au moins 20 personnes ont également été signalées mortes dans le sud du Mexique et les autorités locales au Honduras en ont signalé 21, bien que l’agence nationale des catastrophes n’en ait confirmé que huit.

Laisser un commentaire