La transition s’annonce difficile pour le président-élu Joe Biden

Joe Biden vient de remporter la présidence, ce qui était peut-être la partie la plus facile.

Et maintenant, le président-élu devra faire face à la pire crise sanitaire que la nation ait connue depuis plus d’un siècle et aux ravages économiques qu’elle a causés.

Il doit nommer un gouvernement tout en ayant à l’esprit que le Sénat pourrait bien rester sous le contrôle des républicains et que plus de 70 millions ont voté pour son adversaire Donald Trump.

Et le président sortant ? Que fera-t-il ? Coopéra-t-il ? Traditionnellement, le processus de transition repose sur une étroite collaboration entre l’administration sortante et la future administration, même si cette-ci est issue de parties différentes.

La priorité absolue de M. Biden au cours des 10 semaines sera de constituer un personnel et d’assembler les pièces nécessaires pour lutter contre le coronavirus.

Il est susceptible d’agir rapidement en annonçant ses choix ministériels, notamment au Trésor, à la Santé et aux Services Sociaux, selon des sources impliquées dans le processus de la transition. Il voudra aussi nommer un directeur du Conseil économique national. L’organisation Biden a refusé de commenter.

Joe Biden a été sénateur pendant plusieurs décennies avant de devenir vice-président pendant huit ans. Il a une compréhension approfondie du fonctionnement du gouvernement et il est entouré d’un petit groupe de conseillers de haut rang possédant une connaissance institutionnelle tout aussi approfondie.

«L’équipe de transition de M. Biden est la plus expérimentée, la plus préparée et la plus concentrée de tous les temps, à la mesure des défis auxquels il sera confronté», soutient David Marchick, le directeur du Center for Presidential Transition, un groupe non partisan pour la fonction publique, qui conseille les candidats à la présidentielle sur la transition.

Ron Klain, un ancien chef de cabinet de Joe Biden, est susceptible de passer à un poste de haut rang. Il avait été le responsable de la lutte contre l’ébola aux États-Unis, en 2014.

Déjà, certaines pressions s’exercent sur le président-élu. Un représentant de la Caroline du Sud, Jim Clyburn, le troisième leader de la Chambre dont le soutien convoité a contribué à ressusciter la candidature présidentielle de Joe Biden, souhaite que le conseil des ministres comprenne l’un des conseillers afro-américains les plus connus de Joe, le représentant Cedric Richmond.

Le travail de transition a commencé plusieurs mois avant le jour du scrutin et s’est intensifié au cours des trois derniers jours. Le camp Biden a même publié un site internet de transition, bien qu’il n’ait aucun lien vers un contenu.

Joe Biden devra nommer plus de 4000 personnes à des postes fédéraux, dont 1200 nécessiteront une confirmation du Sénat.

M. Marchick dit qu’une grande partie du travail sera effectuée par des centaines d’employés de Joe Biden interagissant discrètement avec leurs homologues de l’administration Trump. Ils iront dans les agences et demanderont «ce qui se passe, les règlements qui ont été adoptés, ceux qui sont sur le point de l’être, quels sont les plus grands problèmes auxquels ils font face.»

Traditionnellement, le Sénat tient des auditions pour certains secrétaires de cabinet et autres nominations importantes avant la cérémonie de passation des pouvoirs.

Le processus de transition commence officiellement une fois que l’Administration des services généraux a déterminé le gagnant sur la base de toutes les données disponibles. C’est une indication suffisamment vague pour que Donald Trump puisse exercer des pressions sur le directeur de l’agence pour qu’il interrompe le processus.

Il est également difficile de savoir si le président sortant rencontrera personnellement M. Biden. Barack Obama avait rencontré Trump moins d’une semaine après les élections de 2016.

La COVID-19

Quoi qu’il en soit, Biden devra se demander comment lutter contre la pandémie de COVID-19 qui a déjà tué plus de 230 000 Américains et coûté des millions d’emplois.

La pandémie complique la tâche de former un gouvernement sur le plan logistique. Bien que presque toutes les facettes de la campagne présidentielle de Joe Biden fonctionnent à distance depuis mars, son équipe devra désormais s’adapter à un nouveau flux de travail virtuel, y compris presque certainement interviewer les meilleurs candidats par vidéoconférence.

Le président élu doit également décider comment définir le rôle de sa colistière, la sénatrice californienne Kamala Harris. Lorsqu’il était vice-président, M. Biden s’était notamment occupé de la lutte fédérale à la grippe porcine, la reprise économique après le krach financier de 2008 et du dossier du contrôle des armes à feu après la tuerie survenue à l’école Sandy Hook.

Les vents ne seront pas tous favorables. Le contrôle du Sénat pourrait reposer sur les deux scrutins qui se dérouleront le 5 janvier en Géorgie, ce qui pourrait signifier des visites de campagne à la fois par M. Biden et Mme Harris. Quel que soit le résultat, le Sénat demeurera fortement divisé, ce qui rendra extrêmement difficile la proposition de mesures législatives importantes.

Si les républicains conservent le contrôle du Sénat, il pourrait être difficile pour Biden de faire confirmer même ses principaux candidats au conseil des ministres. Le sénateur démocrate Chris Murphy du Connecticut a prédit que le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, «forcera Joe Biden à négocier chaque choix».

M. Biden a promis de favoriser le bipartisme et d’être le président de tous les Américains, y compris de ceux qui n’ont pas voté pour lui. Cela pourrait ouvrir la porte à certains anciens fonctionnaires républicains qui l’ont appuyé.

C’est un exercice d’équilibre pour Biden. Trop de coopération bipartite pourrait susciter la colère des principaux progressistes, qui craignent déjà que M. Biden réduise ses plans politiques ambitieux pour lutter contre les changements climatiques, réformer le système de justice pénale pour lutter contre le racisme systémique et élargir l’accès à l’assurance maladie.

Laisser un commentaire